Mouvement social à la BPI, un projet de rénovation inadapté

Fasseur Barbara - 14.06.2018

Edition - Bibliothèques - Bibliothèque Public Information - BPI Mouvement Social - Grève Rénovation BPI


Une fréquentation en hausse, une programmation riche et un projet de rénovation ambitieux qui démarrera dès l'an prochain, tout semble aller pour le mieux à la Bibliothèque Public d’Information de Paris. Et pourtant, ce jeudi, elle est une nouvelle fois en grève.


Bpi
charlotte henard, CC, BY SA 2.0
 

Le site Bibliothèque en lutte développe les raisons de ce mouvement social de protestation. Censé améliorer la qualité de l’accueil au sein de l’établissement, le projet de rénovation n’est peut-être que de la poudre aux yeux. Pour l'intersyndicale BPI, ce dernier « baisse le niveau des collections et détériore l’accueil ».

Le début des travaux de rénovation de la BPI est annoncé pour l’année prochaine et devrait courir jusqu’en 2022. Bien que la bibliothèque devrait grandement rester accessible au public, certaines collections devront tout de même être déplacées et seront donc inaccessibles pour une durée de quelques jours à quelques semaines.

Selon le site, c’est un « déménagement arbitraire des collections qui entame la qualité des fonds de la bibliothèque (livres retirés par manque de place, incohérence dans des regroupements de disciplines) pour coller au projet ». Un projet issu d’un « simulacre de concertation avec le personnel autour du projet contrairement à ce qui est annoncé dans la presse et sur le site de la BPI ».
 

Une pression à tous niveaux

 

« La direction veut faire passer au forceps un projet à peine modifié par rapport à celui de Patrick Bazin [précédent directeur, NdR]. On diminue le nombre de banques d’accueil, on déplace les collections et on les regroupe de façon totalement incohérente... On supprime des loges pour l’accueil des personnes ayant un handicap », énumère un proche du dossier auprès de ActuaLitté. 

 

Et les problèmes s’accumulent : « Ils ont également réduit la durée de conservation des périodiques en version papier en salle de lecture ou on les supprime pour les remplacer par des bases de données numériques et des revues en ligne numérique. Pour autant le nombre de postes de consultations ne permet pas toujours au lecteur qui en a besoin de s’en servir... »

 

Pour les personnels, la situation devient difficile à soutenir : « La direction est dure, très accès sur le contrôle des agents, cadres comme subalternes. Souvent intransigeante, elle invente des règlements qu’elle applique aux agents, qui sortent du règlement du ministère de la Culture. »
 

La Bpi annonce 1,3 million d'entrées en 2017,
une fréquentation en hausse

 
La rénovation annoncée semble pourtant nécessaire puisque depuis quelque temps, les différents services de la BPI se détériorent visiblement. Les horaires se voient réduits, notamment celui du service photocopie dont le temps d’ouverture a quasiment diminué de moitié en un an, mais aussi l’arrêt du rangement des livres avancé d’une heure, pénalisant les usagers nocturnes.

Le remplacement de bibliothécaires titulaires par des vacataires coûtant moins cher à la bibliothèque qui encore une fois se fait particulièrement sentir aux bureaux d’accueil en fin de journée. On peut ajoute à cela la nouvelle offre d’accès internet entraînant de nombreux conflits, car inadaptée.

L'intersyndicale craint de voir se poursuivre la baisse de la qualité des services comme des renseignements ainsi que la sécurité du personnel, mais aussi des publics. Alors pour protéger leur BPI elle appelle à la mobilisation.
 



Commentaires

Nous faites pas chier on doit bosser le Bac
Je trouve ca scandaleux qu'ils osent fermés leur taudis, à 2 jours du bac c'est du foutage de gueule. Aujourd'hui j'ai fait 2h de queue pour qu'on me disent que finalemment c'est fermé à cause d'une grève qui n en n'est même pas une d'ailleurs. Au lieu de penser à améliorer les locaux, ne serait il pas préférable d'améliorer le service et l'accueil. J'aimais cette bibliothèque mais maintenait je refuse d'y mettre le pieds dedans.
Je pense effectivement que vous avez bien besoin de la bibliothèque, au moins pour jeter l'oeil dans les livres de grammaire et de conjugaison. Mais ne vous inquiétez pas, bibliothèque en grève ou pas, vous aurez votre baccalauréat. Il est donné. Et je vous souhaite de n'avoir jamais de problèmes dans votre travail, de ne connaître que des chefs bienveillants, une hiérarchie à l'écoute… un avenir professionnel sans fautes...
Je ne comprends pas le phénomène des hordes inutiles dé bacheliers apparaissant fin mai juin dans les bibliothèques. Est-ce pour consulter des ouvrages indispensables ? Pas vraiment. Plus pour se retrouver entre amis, s'auto motiver et dragouiller. Non sans un brouhaha de conversation et d'éclats de fou rire ici et là. À cette période, le personnel est rémunéré pour distribuer des chuuuut et rappeler à certaines tables le règlement de la bibliothèque.

Je propose à la bpi de mettre un terme à ce phénomène et d'arrêter de l'encourager.. En éliminant les anabacs de ses rayons. Ses ouvrages aux prix abordables sont empruntables dans les lycées , CDI, et bibliothèques municipales.. Cela permettra, de résoudre un certain nombre de vos problème de stockage, de qualité d'accueil, et de permettre aux étudiants sérieux de travailler dans le silence sur leurs mémoires, thèse de fin d'années autour d'ouvrages précieux et spécialisés que vous proposez.

Finalement, les adolescents bacheliers ont juste besoin d'un espace pour "travailler" et discuter ( chaise et tables) loin de leurs stressants parents, en plus de détériorer la qualité du travail du personnel et des étudiants du cycle supérieur , je n'en perçois pas les gains économiques, ils n'utilisent rarement les photocopieuses.

Ma question, pourquoi la direction encourage leurs venus? En organisant des cycles " je révise mon bac !!". ???

Est ce le chiffre d'affaire de la cafétéria, probablement géré par un secteur privé, qui dicte cette politique ?
Je rejoins le point de vue de Sam, les lycéens ont essentiellement besoin d'un lieu pour réviser à plusieurs. La Bpi est-elle vraiment la mieux placée pour accueillir ce public si elle ne peut pas proposer un espace permettant de travailler en groupe ? Doit-elle encourager sa venue via son site ?



Il suffit de se rendre à la bibliothèque en cette période pour connaître la réponse. Bruit et déplacements incessants, chahutages par-ci, par-là... Il est très difficile de se concentrer et donc de travailler.



Alors pourquoi les inciter à venir ? Question de chiffres, chiffres de fréquentation ?
Bonjour, Je suis outré que des personnes qui doivent consulter un livre qui est à la bibliothèque (un livre introuvable sur la chine antique en l occurrence) ne puisse pas rentrer puisque des lycéens ou certains étudiants sont en trop grand nombre dans la bibliothèque, tout en ne consultant pas de livres, eux. Est une bibliothèque ou un espace nu avec des tables pour travailler?

Je n arrive pas à comprendre.

Une bibliothèque devrait être là pour élever le niveau de celui qui la fréquente, l élever au dessus de ce qu il peut trouver hors de elle...

C est triste, cet tendance à vouloir niveler le niveau par le bas: car gageons que lors de la diminution du fond prévue, ce seront les livres "rares" qui disparaîtront, au profit de ces myriades d anna brevet ou coulées de codes de droit.

Sniff Snif snake

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.