medias

Mouvement social : Aubagne, “bataille récurrente” pour les budgets de la bibliothèque

Cécile Mazin - 13.02.2019

Edition - Bibliothèques - mouvement social France - grève France médiathèque - mars grève France


On parle littéralement de « l’indigence et les manipulations financières du budget 2019 », pour expliquer les motifs de l’appel au rassemblement. Ce 2 mars, à Aubagne, les Syndicats CGT employés, CGT ICTAM et FSU des territoriaux d’Aubagne appellent à une manifestation. Cette dernière se déroulera devant la médiathèque de la ville, à 11 h 30. 



 
Dans un message transmis à la rédaction de ActuaLitté, l’intersyndicale s’étrangle de la situation actuelle pour les établissements publics. « Qui a intérêt à faire croire que la municipalité ne tient pas ses engagements ? » demandait Gérard Gazay dans la Provence du 19 septembre 2018. 

Pour l’intersyndicale, voilà cinq ans maintenant qu’une « bataille récurrente » se déroule, pour « obtenir des budgets pour acheter les livres de la médiathèque d’Aubagne ». À tel point que depuis 2016 la DRAC — c’est-à-dire l’État — a établi avec la Ville un partenariat sur 3 ans pour que les deux partenaires cofinancent à hauteur de 50 % les acquisitions de la médiathèque. 

Cependant, même ce principe de cofinancement ne suffit pas : « Ce partenariat devait conduire la médiathèque à obtenir 200.000 euros sur 3 ans, la convention n’a fonctionné que 2 ans », explique-t-on. 
 

43 centimes par habitant...


En 2018, après l’action engagée par le personnel de la médiathèque, et alors que le budget d’acquisition avait été voté à hauteur de 80.000 euros, la médiathèque a reçu 40.000 euros de la Ville. La DRAC a aussi versé à la ville une subvention de 40.000 euros en fin d’année... « mais celle-ci n’a pas été reversée à la médiathèque », dénonce l’intersyndicale.

Et de poursuivre : « Malgré les dires du Maire [Gérard Gazay, Ndlr], et ses insinuations méprisantes envers le personnel de la médiathèque, les engagements pris pour 2018 n’ont pas été respectés. Le budget destiné à faire fonctionner le service public n’est pas restitué. De plus depuis février 2018, la ville économise aussi le salaire d’un agent de la médiathèque malheureusement décédé, et toujours non remplacé. » 
 
Pour l’année 2019, le budget d’acquisition de l’établissement s’établirait ainsi à 20.000 €, « soit la moitié de la subvention perçue de la DRAC (ce qui équivaut à 43 centimes par habitant, au lieu des 2 euros préconisés par la DRAC). Qu’en est – il de l’autre moitié ? Qu’en est-il de la participation de la Ville au budget de sa médiathèque ? Pour l’instant elle s’élève à ZÉRO euro », s’exclame l’intersyndicale.

Pour toutes ces raisons, « inacceptable[s] », doublées d’une « situation d’opacité, de flou et d’indigence budgétaire [...] commune à de très nombreux services de la ville », un rassemblement est organisé ce 2 mars à 11 h 30. Les demandes sont simples : plus de transparence et un « budget digne d’une médiathèque et d’une ville de 46 000 habitants ». 
 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.