Munro primée du Nobel, nouvel épisode de la polémique sexiste

Julien Helmlinger - 30.10.2013

Edition - International - Alice Munro - David Gilmour - Polémique


Son compatriote David Gilmour avait provoqué la controverse en matière de sexisme, en affirmant dernièrement qu'il ne faisait pas étudier les auteures féminines à ses élèves, et l'attribution du Nobel de littérature à Alice Munro rajoute de l'huile sur le feu des réseaux sociaux. Si l'industrie du livre canadienne se félicite de sa reconnaissance de « classe mondiale », Quill & Quire dévoilait ce mois-ci les résultats de son enquête mettant en relief la position difficile des femmes dans le milieu. Au-delà des couloirs de l'université de Toronto, ça tweete.

 

 

 Creative Commons via Flickr (CC by 2.0) par alexindigo

 

 

Pour ceux qui n'ont pas suivi la première marée, le professeur de lettres canadien n'avait pas manqué de susciter son tollé sur le web en affirmant au cours d'une interview « Quand on m'a donné ce boulot, j'ai dit que je n'allais enseigner que les gens que vraiment, vraiment j'aime. Malheureusement, aucun de ceux-ci ne se trouve être chinois, ou des femmes ».

 

Il ajoutait préférer en conséquence se focaliser sur « les gars. Les gars sérieusement hétérosexuels », avant de se défendre de la critique des internautes en admettant avoir été « négligent avec mes paroles. Je les ai dites d'une telle manière qu'elles peuvent être interprétées comme dénigrantes, dédaigneuses ». Un revirement qui n'a pas préservé l'auteur de sa propre reconnaissance de classe mondiale...

 

L'étalage d'opinion bien arrêtée avait de quoi blesser plus d'une tranche de la population, et contraste avec la grande timidité du prix Nobel de littérature 2013, Alice Munro, en dépit de ses diverses récompenses accumulées. Celle-ci bien qu'en droit de se vanter aux yeux de ses compatriotes, semble difficile d'accès aux nombreux journalistes qui tentent en vain de la joindre par téléphone.

 

Aux yeux de certains commentateurs locaux, tandis que Gilmour représenterait une bulle littéraire égocentrée de Toronto, possiblement nuisible à la littérature nationale, son exemple mettrait en relief combien la lauréate s'est faite quant à elle la voix humble de sa petite bourgade du sud de l'Ontario. On lui accorde d'avoir tiré le monde du livre canadien de l'ombre, mais aussi les femmes qui y oeuvrent de manière parfois invisible.

 

Sur les réseaux sociaux, les oppositions entre Gilmour et Munro ont foisonné, et notamment sur Twitter, dont voici quelques exemples :