Murakami, traducteur de Gatsby le Magnifique, en japonais

Nicolas Gary - 16.05.2013

Edition - International - Haruki Murakami - F. Scot Fitzgerald - Gatsby le Magnifique


Star incontestée du Festival de Cannes, l'adaptation du livre de F. Scott Fitzgerald, Gatsby le Magnifique est cependant dépassée au box-office par Iron Man 3. Ce qui prouve tout de même quelque chose. Quoi, c'est à voir. Or, si l'on lorgne du côté de l'archipel japonais, Haruki Murakami, le populaire romancier, assure que « les lecteurs japonais n'ont jamais vraiment apprécié Gatsby le Magnifique ». 

 

 

Gatsby Ain't Great

Justgrimes (CC BY-SA 2.0)

 

 

Dans un essai Translation : Translators on Their Work and What It Means, [NdR : à découvrir en fin d'article] le romancier évoque en effet la traduction qu'il a réalisée de Gatsby. Car on le sait probablement peu, mais Murakami a traduit Fitzgerald pour le Pays du Soleil Levant. C'est également l'occasion de développer une théorie de la traduction. 

 

« Bien que de nombreuses oeuvres littéraires peuvent être qualifiées de sans âge, aucune traduction ne peut entrer dans cette catégorie. La traduction, après tout, c'est une question de technique linguistique, qui vieillit naturellement, à mesure que les spécificités d'une langue évoluent. Ainsi, il y a des oeuvres qui sont impérissables en principe, mais aucune traduction ne peut être immortelle. »

 

Or, Gatsby, c'est le premier de ses trois ouvrages idéaux, avec Les Frères Karamazov, de Dostoïevski, et The Long Goodbye de Raymond Chandler. Tous trois auront été indispensables pour Murakami, tant comme lecteur qu'écrivain, mais s'il devait n'en retenir qu'un, ce serait sans hésitation Gatsby

 

C'est précisément pour cette raison qu'il avait entrepris de traduire le livre. Il a commencé cela à sa 60e année, et avoue qu'il s'est progressivement rendu compte de toute la difficulté de cette entreprise. « Pour bien en saisir l'essence, j'ai dû plonger au coeur du roman, et alors seulement, j'ai pu voir s'épanouir toute l'écriture », confesse Murakami. 

 

Mais c'est avant tout un hommage qu'il rend à Fitzgerald : « S'il n'y avait pas eu le roman de Fitzgerald, je ne serai pas en train d'écrire le type de littérature que je produis - en fait, il serait possible que je n'écrive pas du tout. »

 

Reste que la barrière de la traduction et de la langue est complexe : si Murakami assure qu'il avait mis l'oeuvre, dans son jeune âge, au sein de son panthéon personnel, la difficulté de rendre ce texte en japonais était immense. « Je ne peux pas être présomptueux et prétendre que ma traduction de Gatsby efface cette barrière entièrement. Personne n'est plus conscient que moi de la lourdeur que représente l'engagement dans la traduction de Gatsby. Aussi, je ne suis pas faussement modeste quand je revendique mon effort, mais [j'ai conscience] qu'il y a quelques défauts. »

  Haruki Murakami on "The Great Gatsby"




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.