Les bibliothèques académiques du Congo ont leur consortium

Antoine Oury - 03.06.2015

Edition - Bibliothèques - Congo - bibliothèques académiques - COBAC consortium


En préparation depuis deux ans, le COBAC, Consortium des Bibliothèques Académiques du Congo, a vu le jour en avril dernier, annonce un communiqué de presse. L'initiative est née lorsque l'Université privée chrétienne Shalom, à Bunia, en République démocratique du Congo, a ouvert un catalogue en ligne à destination de ses usagers. L'opportunité de travailler en consortium, et de partager les bonnes pratiques, s'est alors présentée.

 

Réunion à la création du consortium COBAC (via EIFL)

 

Douze institutions ont pour le moment rejoint ce consortium, qui vise à synchroniser les différentes initiatives, mais également à mutualiser les connaissances :

 

  • Institut Supérieur de Développement Rural de Bunia
  • Institut Supérieur des Techniques Médicales de Bunia
  • Institut Supérieur des Techniques Médicales de Nyankunde
  • Institut Supérieur des Techniques Médicales d'Oicha
  • Institut Supérieur Pédagogique de Bunia
  • Institut Supérieur Pédagogique ISP, CECA 20
  • Institut Supérieur Théologique des Assemblées de Dieu du Congo
  • Université Anglicane du Congo
  • Université Chrétienne Bilingue du Congo, Beni
  • Université de Bunia
  • Université Evangélique de la Mission en Afrique, Butembo
  • Université Shalom de Bunia​
  •  

« Les principaux défis et besoins se posent dans un contexte de budgets très limités, des équipes en bibliothèques peu formées, des ordinateurs défaillants et un accès à Internet et aux ressources numériques limité », explique Monika Elbert, conseillère principale des politiques pour l'EIFL, Electronic Information for Libraries. 

 

La coopération sera de mise au sein du réseau, afin d'être le plus performant possible dans la création de ressources numériques aisément accessibles. « Le lien avec l'EIFL, via COBAC, est sans aucun doute un tournant pour nos établissements et les milliers d'étudiants, de professeurs et de chercheurs concernés, dans la région », a souligné le professeur Bungishabaku Katho, président de l'Université Shalom.