"Ne succombez jamais au désespoir, il ne tient pas ses promesses"

Cécile Mazin - 26.01.2015

Edition - Société - droit auteur - voeux CNL - Europe peuples


Rue de Verneuil, l'édition française se pressait ce matin, pour assister aux vœux du CNL. À quelques encablures du Salon du livre de Paris, et ses inévitables turbulences, le président du Centre, Vincent Monadé a livré un message simple : le droit d'auteur, garant de la création, doit être au centre de tout. 

 

Vincent Monadé Voeux 2015 CNL

Vincent Monadé - ActuaLitté CC BY SA 2.0 

 

De la publication des Versets sataniques à l'attentat perpétré chez Charlie Hebdo, le président du CNL a mis en exergue tout ce que cet acte barbare avait dévoilé : « Le 11 janvier 2015. J'espère nous garderons cette date en mémoire. Celle où notre courage est revenu. Celle où nous avons rappelé au monde que la République est une et indivisible, démocratique et laïque. »

 

Pour que le silence ne s'instaure plus, il convient que cette année 2015 « dont, déjà, nous voudrions tous effacer le début » soit placée sous le signe d'une défense ferme des valeurs de l'édition. Et puisque le bonheur est gâché, autant prendre pour objectif de « défendre le livre et le plaisir de lire, nous battre pour que plus de gens lisent et partagent, discutent et débattent de leur lecture. Plus que jamais, il faut faire le pari de l'intelligence ». 

 


 

Pour ce faire, il y aura la fête de la Jeunesse, poussée par la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, mais avec la conviction que toucher les jeunes reste la meilleure des choses à faire. « Je crois que, lorsque les gens lisent, ils sont moins malheureux », avoue le président. 

 

Cette promotion du livre passera donc par la défense du droit d'auteur, « droit d'un homme à vivre de sa création, et donc à pouvoir continuer de s'exprimer librement, sans être dépendant du pouvoir politique ou des puissances de l'argent. Ce droit est inaliénable ». 

 


 

 

Et à ce titre, le président de l'institution n'hésite pas à tacler la prétention de la Commission européenne, à « abattre le droit d'auteur » : considérer que cela se fait, « pour le profit des peuples, est un mensonge [...] La source même du livre, la source de l'intelligence, la source de la connaissance et de la diffusion des idées, c'est le droit d'auteur ».  

 

2015, on ne lâchera rien, insiste-t-il : librairies, bibliothèques, créations. « Il faut dire aux gens qu'on aime, qu'on les aime et le leur prouver. Et je vous dédie ces mots de Jerzy Loc : “ne succombez jamais au désespoir, il ne tient pas ses promesses.” »