Ne (t'en) remets pas à internet pour acheter le livre chez ton libraire

Clément Solym - 12.01.2012

Edition - Librairies - achats - internet - concurrence


La menace qui plane sur les librairies est grande, et ne concerne plus simplement que les établissements étasuniens. En France, plusieurs témoignages de libraires racontent que désormais, les clients viennent prendre conseil, avant de se ruer sur Internet pour faire leurs achats.

 

En décembre dernier, l'Amérique découvrait l'application lancée par Amazon, destinée à faire en sorte que les libraires - et les autres commerces indépendants - mettent la clef sous la porte. Le principe était simple : se rendre dans une boutique, faire ses choix, mais passer commande au travers de l'application, avec son iPhone, pour bénéficier de remises et autres bons d'achat.

 

Sidérant, et choquant, certes, mais surtout, particulièrement déloyal. Les librairies se transformaient alors en espace d'exposition de luxe pour les clients, et Amazon en tirait tout le bénéfice.

 

Plusieurs chaînes de distribution du pays avaient alors donné de la voix : déjà qu'Amazon ne paye pas les taxes locales, n'ayant pas de boutiques de vente, si en plus le marchand s'appuie sur les boutiques réelles, pour inviter à y faire sa liste de course, et rapatrie les clients chez lui, la concurrence devenait intenable. (voir notre actualitté

 

 

C'est alors qu'un libraire a décidé de faire le contre-buzz, mais ne profitant pas de la visibilité, ni de l'attention que la presse peut accorder à Amazon, la campagne de l'établissement est passée un brin à la trappe. Il n'est cependant pas trop tard pour bien faire. 

 

Ainsi, Harvard Book Store, situé à Cambridge, a lancé ce slogan : « Don't be an iPhoney. Buy where you shop ». Efficace et simple, le propriétaire revendique l'utilité de son métier : « Si vous le voyez chez nous, achetez-le ici, et maintenez notre activité. » Peut-être trop simple pour faire face à ce qu'il analyse comme « une nouvelle phase dans les pulsions prédatrices d'Amazon ». (via Here and Now)

 

La vidéo sera plus convaincante encore, et démontrera tout le ridicule de ce type de comportement. 

 

Si outre-Atlantique, cette pratique peut avoir du sens : en effet, sans législation comme en France qui fixe le prix de vente, par l'éditeur du livre, et l'impose à tous les revendeurs, les commerces peuvent proposer le livre au tarif qu'ils souhaitent. De là une concurrence particulièrement acharnée entre les indépendants et Amazon... pour qui le livre ne représente qu'un outil de plus pour attirer les clients. 

 

Photo Wired