Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Neil Gaiman demande à ses lecteurs de s'engager pour aider les réfugiés

Clément Solym - 24.05.2017

Edition - International - Neil Gaiman immigrés - lecture engagement réfugiés - menu restaurant dessert


Combien vaut Neil Gaiman ? Ou plutôt, combien Neil Gaiman est-il en mesure de lever de fonds pour venir en aide aux réfugiés ? L’écrivain estime que son engagement peut soulever jusqu’à 500 000 $, en contrepartie d’une lecture qu’il s’engage à donner.



 

 

Tout est parti de ce que la comédienne et auteure Sara Benincasa a sollicité son coreligionnaire Gaiman. Accepterait-il de prêter sa voix pour une lecture exceptionnelle ? « Aucun problème », assure-t-il. 

 

 

Et voici qu'une campagne de collecte de fonds se met en place, pour aboutir à ce que 500 000 $ soient récoltés, et reversés à une organisation travaillant avec des réfugiés.

 

« Si nous atteignons 500 000 $, Neil a accepté de faire une lecture en direct du plus grand menu de restaurant de tous les temps. Il s’agit d’environ 8 000 pages, la dernière fois que j’ai vérifié », assure Sara Benincasa sur le site. Une lecture de menu ? Oui, celui de la Cheescake Factory, connue pour la multitude de produits proposés.

 

L’argent obtenu sera reversé à l’United Nations Refugee Agency et en l’espace de 4 jours, 17 993 $ ont été récupérés. Pas de quoi hurler au succès. L’objectif est d’atteindre la somme avant le 20 juin, date de la Journée mondiale des Réfugiés. Pas mal de chemin à faire encore...

 

Mais dans l’intervalle, l’auteur britannique a fait monter les enchères : il s’est engagé à la lecture d’un ouvrage, Dr Seuss’s Fox in Socks, si les fans dépassaient 1 million $ de collecte. 

 

La question des réfugiés a touché de près l’écrivain, qui s’est engagé comme ambassadeur mondial auprès des Nations Unies, en février dernier. Il s’était à ce titre rendu dans des camps en Syrie et en Jordanie. « Si n’importe qui pouvait avoir les conversations que j’ai eues, s’asseoir et parler avec ces réfugiés, il verrait que nous sommes vraiment tous identiques. Et que nous faisons partie d’une même famille. Et, que, tout de même, dans une une famille on fait tout son possible pour se soutenir les uns les autres. » 

 

C’est d’ailleurs là la thématique de son prochain livre,The Seven Sisters, la suite de Neverwhere...