Népal : course contre la mousson, pour sauver les livres

Antoine Oury - 27.05.2015

Edition - Bibliothèques - Népal - tremblements de terre - bibliothèque


Il y a encore quelques mois, la bibliothèque centrale de l'université de Tribhuvan était la plus grande du Népal, avec un demi-million de livres, 100.000 périodiques et des trésors comme des manuscrits hindous plusieurs fois millénaires. Depuis le 25 avril 2015, date du premier séisme, les bibliothécaires et volontaires s'activent dans les ruines de l'établissement, fortement touché. Et, après les répliques et le nouveau séisme du 12 mai, les survivants s'activent pour sauver le patrimoine, avant les fortes précipitations.

 

 

Nepal Bharat Library - Embassy of India

Bibliothèque Nepal Bharat - Ambassade d'Inde (Sharada Prasad CS, CC BY 2.0)

 

 

Après la première catastrophe, les dégâts ont rapidement été estimés à 1 milliard de roupies, 10 millions $, au moins, pour rénover les infrastructures. Sans compter la mise à disposition, pour 3,5 millions de roupies, d'un abri temporaire pour les documents désormais à l'air libre. Évidemment, la seconde secousse, début mai, a alourdi la facture et les regrets : « Nous avons passé 40 à 50 ans à cataloguer les livres. À présent, tout est réduit à zéro », se lamente Janardhan Dhungana, bibliothécaire en chef au sein de l'université.

 

À Katmandou, capitale du pays, une douzaine de bibliothèques ont été contraintes de mettre la clé sous la porte, au vu du déséquilibre général des fondations. La bibliothèque nationale du Népal a elle aussi été touchée, et les ouvrages ne peuvent que difficilement être mis en sécurité, au vu des conditions pour les volontaires, dans les décombres.

 

Les grandes pluies ont commencé, dans la capitale, et les professionnels cherchent désespérément un moyen d'abriter les documents : certains ont même recours aux huttes qui entourent les établissements. Les bibliothécaires népalais ont fait appel à l'IFLA, Fédération internationale des associations de bibliothécaires et d'institutions, pour recevoir de l'aide de leurs collègues.

 

(via World Bulletin)