New York : les chauffeurs de taxi récitent de la poésie

Xavier S. Thomann - 07.05.2013

Edition - International - Taxi - Poésie - New York


Voilà une initiative qui a le mérite de secouer un peu les habitudes en matière de poésie. Trois chauffeurs ont récité des poèmes de leur propre composition lors de ce festival qui s'est tenu ce week-end. 

 

 

New York.Taxis

Tomas Fano, CC BY-SA 2.0

 

 

Comme ne manque pas de le préciser Melville House, les chauffeurs de taxi new-yorkais connaissent beaucoup d'histoires et ont de nombreuses anecdotes à partager. C'est sûrement vrai aussi des chauffeurs de taxi parisiens. À force d'abattre les kilomètres, en compagnie de personnes toutes différentes les unes des autres, il n'est pas étonnant qu'ils aient tant de choses à partager. 

 

En revanche, plus étonnante est l'idée de le faire sous forme de poésie. Cette idée revient à Mark Nowak, qui dirige le cursus d'écriture créative à Manhattanville College. En plus de ses étudiants, il travaille également avec des personnes d'horizons professionnels différents. Avec une préférence pour les professions qui passent pour peu littéraires : des mécaniciens aux électriciens en passant par les infirmières 

 

Trois chauffeurs-poètes ont été retenus pour l'occasion : Davidson Garrett, John McDonagh et Seth Goldman. Chacun a offert sa propre vision de son métier — les trois hommes sont des chauffeurs expérimentés. On retiendra l'un des poèmes de M. Garrett, dans lequel il évoque ses nombreux passages devant la maison de Jacqueline Kennedy Onassis. 

 

En effet, il espérait qu'un jour elle hèle un taxi alors qu'il serait dans les parages. Il écrit : « Parfois, je vous imagine tel un fantôme diaphane, agitant le bras pour arrêter un taxi ».