News Corp envisage plus de croissance pour HarperCollins

Julien Helmlinger - 12.12.2014

Edition - Les maisons - HarperCollins - Robert Thomson - Croissance


Cette semaine, en marge de la UBS Media Conference, l'actuel PDG de Newscorp, Robert Thomson, a évoqué la politique d'acquisition de son groupe auquel appartient la maison HarperCollins. Une philosophie de laquelle a découlé dernièrement le rachat des éditions Harlequin, qui selon Thompson ne dote pas seulement HarperCollins d'une plateforme mondiale, mais également d'un moyen d'en apprendre davantage sur les particularismes internationaux.

 

HarperCollins Publishers - Frankfurt Buchmesse 2014

CC by SA 2.0 par ActuaLitté 

 

 

Robert Thomson explique que le PDG de la maison HarperCollins, Brian Murray, revient à peine d'un voyage au Japon, qui lui aura permis de découvrir les bureaux de Harlequin. Car ce dernier label a déjà une certaine connaissance du marché local, expérience qui servira désormais au développement futur de HarperCollins à travers l'Archipel, voire dans le reste de l'Asie.

 

L'établissement d'une stratégie de développement globale pour la maison passe aussi par la compréhension des singularités locales, explique le PDG. Robert Thompson se dit « impatient » à l'idée d'intégrer les nouvelles acquisitions parmi les propriétés de News Corp, arguant que ces acquisitions ne sont dignes d'intérêt que si elles ajoutent de la valeur à leur maison mère.

 

Évoquant la fusion de Thomas Nelson et Zonderva, Thompson présente Brian Murray comme un « merveilleux consolidateur ». Il se dit par ailleurs « optimiste » quant au fait que les investissements se transformeront en recettes. La fusion entre HarperCollins et Harlequin ayant coûté quelque 20 millions de dollars selon le magazine Publishers Weekly.

 

En ce sens, le PDG de News Corp avait d'ailleurs annoncé récemment que HarperCollins avait connu une augmentation de 24 % de ses ventes, pour son premier trimestre de l'année fiscale 2015 qui s'achevait le 30 septembre, en comparaison à l'année précédente. Le rachat de Harlequin figurait parmi les mouvements ayant favorisé cette croissance de chiffre d'affaires.

 

Une politique d'acquisition qui certes peut permettre de réduire des coûts pour le groupe, mais qui selon le PDG de News Corp permettra également une meilleure monétisation du catalogue Harlequin.

 

(via PublishersWeekly)