Nexus One : Google pille Philip K. Dick et ses androïdes

Clément Solym - 08.01.2010

Edition - Justice - Google - piller - Dick


Isa Dick Hackett, la fille du très Saint Philip K. Dick, était « choquée et consternée » que la firme Google OSE appeler son téléphone, réalisé en partenariat avec HTC, Nexus One. Alors que dans le roman de son père, Les Androides rêvent-ils de moutons électriques ?, justement, Dexkard est chargé d'éliminer des robots à forme humaine, nommé Nexus 6. Violation de droit d'auteur ? Plagiat ? Hmm...


Harrisson Ford, dans Blade Runner
On le saura bientôt parce que la famille a décidé de porter plainte pour... violation des droits de la propriété intellectuelle, estimant que non, Google ne peut pas s'approprier le nom ainsi, et parce que ce n'est pas la première fois qu'un acteur de la high tech s'empare d'un nom tiré de l'imaginaire SF pour séduire son public geek. L'exemple de Motorola qui avait acheté Droid auprès de George Lucas pour un de ses mobiles est encore frais.

Et comme toujours, le procédé est répétitif : « Google prend d'abord et ensuite négocie les conséquences plus tard. Selon moi, il existe un lien évident avec le roman de mon père. Les gens ne captent pas. C'est le principe essentiel du livre. Il aurait été bien de dialoguer. Nous sommes ouverts à cela. C'est même une façon de commencer », explique Isa, plutôt mécontente.

La famille a ainsi envoyé une plainte adressée à la société californienne, en réclamant que le nom de Nexus soit supprimé pour désigner son téléphone. Peine perdue, leur dira-t-on, ils s'en sortiront avec un chèque plus ou moins important, mais Google continuera bien d'utiliser le nom donné aux androïdes de Blade Runner.

En outre, la firme a assuré durant la présentation de mardi au CES que le nom n'avait rien à voir avec le travail de Dick, mais qu'il faisait simplement appel au sens premier du mot, un endroit où convergent les choses. En outre, on espère bien que le Nexus One sera un concurrent sérieux pour l'iPhone, surtout si l'on se fie aux commentaires des analystes qui lui prédisent un bel avenir.

La cour a demandé que les documents prouvant la violation de propriété intellectuelle soient remis sous 10 jours. Et ensuite, on examinera l'affaire...