Nick Hornby : carton jaune pour le football anglais

Clément Solym - 05.03.2012

Edition - Justice - Nick Hornby - Carton Jaune - football


Il y a vingt ans de cela, Nick Hornby publiait Fever Pitch (Carton Jaune, traduit en France en 1995). Ce livre autobiographique raconte la passion de Nick pour le football, depuis son plus jeune âge. Dans un entretien au Guardian, il raconte les impressions mitigées que lui laisse le football de Premier League ... le goût de l'enfance en moins.

Ce goût du football, qu'il raconte dans ce livre, il le partage avec des millions d'autres adeptes dans son pays. Mais il s'interroge, cependant : les supporters d'aujourd'hui peuvent-ils laisser libre court à leur addiction comme autrefois ?


Nick Hornby pointe du doigt la question du prix des tickets : à son époque, aller voir un match pouvait être anodin, dans la mesure où acheter un ticket ne représentait pas un investissement de grande importance (il payait 15p pour aller voir un match d'Arsenal sur leur ancien terrain de Highbury, étant gamin). Ce n'est plus le cas maintenant, comme le regrette l'auteur.

 

 

 

Le foot a bien changé... c'est en fait une gentrification du milieu, et en particulier d'Arsenal, son club fétiche, que Nick Hornby dénonce. « Que dans vingt ans les gamins aient toujours envie d'y aller, ou qu'ils le fassent deux à trois fois par an, ou qu'ils en aient perdu l'habitude, j'ai le sentiment que rien ne sera plus comme avant ».


Nick Hornby s'est pourtant vu rétorquer par des collègues que ce phénomène de gentrification a bel et bien été encouragé par une « intellectualisation » de ce sport... notamment par Fever Pitch? Ce à quoi Hornby répond en affirmant que le foot anglais a commencé à vendre son âme au diable il y a bien longtemps, en tout cas bien avant qu'il ne rédige son livre.

 

Le foot français se boboïse aussi


Sur le blog Plat du pied, le journaliste a Olivier Monod conduit la même analyse. « Le foot se féminise, le foot s'intellectualise, le foot se politise. Il devient possible d'intéresser un public aisé et nombreux aux aventures de onze gars en short ».

 

Retrouvez les ouvrages de Nick Hornby sur notre librairie en ligne.

 


La passion s'éteint, lentement. Le vivier des futurs talents s'amenuise, on manquerait de licenciés et de personne pour les entraîner. Le journaliste s'interroge lui aussi sur la survie d'une authentique passion du foot. Et cite même l'exemple anglais en disant que les supporters privilégieront peut-être des matchs de division inférieure, moins chers, plus accessibles.  Car on ne parle plus, en dehors des matchs voyant s'affronter de petits clubs, de sport, mais bien de spectacle.


Nick Hornby s'interroge donc sur la survie de cette passion dans le coeur des enfants. Faute de passion du sport, il tente aussi de transmettre le goût de l'écriture dans un centre dédié créé par ses soins en 2010 (voir notre actualitté). A l'occasion des vingt ans de Fever Pitch, le livre sera réédité cette année comme Penguin Modern Classic.