Nicolas Sarkozy passe du temps à lire : paradoxal ?

Clément Solym - 19.07.2011

Edition - Société - sarkozy - lecture - livres


C'est qu'il s'instaure une tendance globale dans le monde politique, qui tend vers la culture, notent nos confrères de Libération, qui s'interrogent sur les motivations et les modifications comportementales qui surviennent... au sommet de l'État.

« Depuis qu’il est président de la République, il ne sort plus et donc consacre plus de temps au cinéma et à la lecture qu’avant. C’est peut-être paradoxal, mais c’est comme ça », explique un conseiller de... Nicolas Sarkozy, cité par Libération (édition d'aujourd'hui). La transformation Carla Bruni aurait fait son effet, au point que chaque soir, entre 21h et 23h, le couple s'adonnerait sans vergogne à la lecture ou la cinéphilie...

Peut-être bien, qu'il prend des cours nocturnes, mais avec le récent cas Lévi-Strauss, Nicolas Sarkozy a démontré que les leçons du soir n'étaient pas encore bien rentrées. (notre actualitté)


« Il nous a parlé de son amour pour sa femme et du temps qu’ils s’accordaient à regarder ensemble des films et à lire des livres », explique une personne invitée aux déjeuners présidentiels. Yann Moix s'étonnerait presque : « Sarkozy a été un grand consommateur de la sélection de classiques de la littérature proposés par le Figaro le week-end. Il adorait tellement ça qu’il ne comprenait pas pourquoi Mougeotte [le patron du Figaro, ndlr] ne la lui offrait pas. »

Au point d'engouffrer du Maupassant, voire du Balzac et même Stendhal, le tout pour rattraper le retard accumulé. Et pour arriver à parler des Roujon Macquart, il faut vraiment que le retard soit impressionnant.

Interrogés par nos confrères, le présentateur du Masque et la Plume, Jérôme Garcin, doute véritablement des motivations profondes du président et de sa vocation de lecteur improvisée.

Une histoire d'image - et pas à colorier

Yann Moix serait alors l'homme de la médiation : « Carla a sûrement poussé au début, c’est sûr. Puis elle a enlevé les petites roues du vélo et maintenant, je pense que Sarkozy a un vrai plaisir à pédaler tout seul. » C'est que l'on soupçonnerait presque Sarko d'être capable d'une étude de texte : « Il n’est pas du tout dans un exercice de cuistrerie. Ce qui l’intéresse dans la littérature, c’est d’abord la psychologie des personnages. Souvent, il en parle comme si ces héros existaient vraiment », explique un autre invité des déjeuners de l'Élysée.

Reste que même le Yann Moix n'est pas dupe : la culture, Sarkozy la dispense non pas pour faire preuve d'intérêt à l'égard de son interlocuteur, mais bien plutôt pour la tartiner. Il faut que l'on sache combien le grand patron est amateur de livres. Une histoire d'image à corriger, et avant tout d'image à corriger, comme Nicolas Sarkozy le reconnaît lui-même. « Je ne vais pas vous demander de voter à droite ou de penser comme moi. J’espère juste que vous retiendrez de ce déjeuner que je ne suis pas la caricature que l’on veut bien faire de moi. »

Diablerie... un président qui aimerait séduire, sur les bases de ce qui lui manque le plus... Doit-on apprécier l'effort ?