Nicolas Sarkozy, serial lecteur : “Les écrivains sont des médecins de l’âme”

Cécile Mazin - 10.08.2016

Edition - Société - Nicolas Sarkozy littérature - conseils lecture Sarkozy - rentrée littéraire Sarkozy


C’est la rentrée littéraire pour tout le monde, y compris pour Nicolas Sarkozy, qui dans un entretien avec Le Point a de nouveau passé en revue les livres sur ses étagères. Un exercice de name dropping littéraire que le numéro 1 de Les Républicains manie avec de plus en plus de brio. Et un sens de l’écologie et du recyclage, admirable...

 

Meeting Sens Commun - 15 Novembre 2014

Sens commun, CC BY ND 2.0

 

 

Il est invraisemblable qu’après un mandat présidentiel, la presse ne soit pas encore informée : non, les deux fils de Nicolas Sarkozy, Pierre et Jean, n’ont pas été « nommés d’après ce livre », celui de Maupassant, bien sûr. Mot-passant, un écrivain qui a une place de choix dans le cœur du patron LR, institué en critique littéraire : « [C]e n’est pas une nouvelle, c’est un livre très abouti. » 

 

Et d’ajouter que le quatrième roman de Maupassant – si fait – raconte l’histoire d’« une famille parfaite », qui explose. « Pour moi, ce livre est de la philosophie. » Hmm...

 

L’homme qui jouait à Sarrias-kozy avec Paris Match, voilà deux ans déjà, citant à tour de bras auteurs et lectures, récidive donc dans l’exercice. Avec un sens de la grandiloquence à nul autre pareil : « Les écrivains sont des médecins de l’âme, ils ont tout compris de la personne humaine. »

 

D’autres auront leur quart d’heure de gloire : Balzac, Barbey d’Aurevilly, « un écrivain que j’aime beaucoup » glisse-t-il en mot-passant, autant d’aventures et de lectures inspirantes. D’ailleurs, le président LR a sa petite idée sur les sources d’inspirations : « Je suis sûr que les marais, la brume, le climat normand font beaucoup pour l’imaginaire des écrivains. »

 

On n’oubliera pas de préciser que Balzac est né à Tours, ou encore que la famille de Maupassant était originaire de Lorraine...

 


 

Et de poursuivre sur une belle lancée, en confondant tartine et culture : « Quand je lis Les braises de Sandor Marai, qui s’est suicidé en 1989, ou que le lis les écrivains espagnols ou vois les films des cinéastes italiens [...] », n’en jetez plus ! Pour qui en doutait, c’est certain désormais, le président LR passe sont temps à bouquiner ou regarder des films, plutôt qu’à œuvrer pour sa campagne.

 

D’ailleurs, l’écrivain hongrois lui sert depuis longtemps : déjà en 2014, dans la presse – et quelque temps avant manifestement – le futur candidat citait abondamment l’ouvrage. Du moins le titre, parce qu’il convient si bien à la force de conviction déployée que l’on aurait tort de s’en priver. 

 

D’après les chiffres communiqués par le dépôt légal, Nicolas Sarkozy était en tout cas un sujet qui aura, durant son mandat, plus intéressé les éditeurs que François Hollande. Plus de livres le concernant ont été publiés : « Les ans II, III et IV du quinquennat de Nicolas Sarkozy, 134 livres lui ont été, au moins en partie, consacrés », expliquait la Bibliothèque nationale de France. 

 

La rançon du succès...