Nicole da Costa, conseillère du développement culturel des territoires

Antoine Oury - 21.03.2015

Edition - Société - Nicolas da Costa - Conseillère spéciale - développement culturel


Un arrêté du 16 mars 2015 signale la nomination de Nicole da Costa au cabinet de la ministre de la Culture et de la Communication Fleur Pellerin. Elle devient conseillère spéciale chargée du développement culturel des territoires, de l'action éducative et des pratiques culturelles et artistiques, un poste important alors que l'accès aux oeuvres et leur diffusion sont un point crucial de la politique ministérielle.

 

 

Nicole da Costa (© MCC / D. Plowy)

 

 

Le ministère présente la conseillère avec cette biographie :

Née en 1973, Nicole da Costa, administratrice civile hors classe, est licenciée en histoire, diplômée de l'Institut Politiques de Paris, et ancienne élève de l'École nationale d'administration (1998 – 2000).

 

Après avoir été chef de mission à la Délégation générale à l'emploi et à la formation professionnelle du Ministère de l'Emploi du Travail et de la Cohésion Sociale (2000-2005), Nicole da Costa a rejoint le Centre National d'Art et de Culture – Georges Pompidou, en tant que Directrice juridique et financière (2005 – 2007). Elle a ensuite été chargée des fonctions de Déléguée à la stratégie et à la recherche à la Bibliothèque Nationale de France (2008 – 2010). De décembre 2010 à juillet 2014, Nicole da Costa a été Directrice générale adjointe des services, responsable du pôle Rayonnement de la Métropole, à la Communauté urbaine de Lille Métropole. Elle était depuis juillet 2014 Directrice générale adjointe des services en charge du pôle Culture de la ville de Lille.

Si les missions de la conseillère spéciale ne sont pas clairement définies, c'est probablement elle qui aura la charge de définir la politique d'éducation artistique et culturelle, impulsée par Aurélie Filippetti avec la Fête de la littérature jeunesse, et reprise par Fleur Pellerin.

 

La ministre de la Culture en avait d'ailleurs fait un des points centraux de son passage au Salon du Livre de Paris : « Il est temps d'essayer de viser prioritairement les jeunes et les enfants qui ne peuvent pas partir en vacances l'été et donc d'essayer de s'adresser à eux avec leurs codes, leurs mots, leurs usages avec l'idée de les attirer toujours plus nombreux vers le livre », avait-elle déclaré.