Nigeria : face aux violences, l'écrivain Woly Sokyinka appelle au calme

Clément Solym - 26.01.2012

Edition - International - Wole Soyinka - Haram - Nigeria


Les violences n'en finissent plus au Nigeria, où le spectre de la guerre civile rode, alors que les attaques commises par le groupe islamiste Boko Haram à l'encontre de chrétiens ont déjà fait 185 morts.


Lundi, le prix Nobel de littérature 1986 Wole Soyinka a appelé ses compatriotes au calme, lors d'une conférence de presse tenue à Lagos, il a déclaré :


« Ne lancez pas de représailles, ne cédez pas à la vengeance, protégez vos voisins ! Nous ne devons pas accepter d'être soumis au bon vouloir de Boko Haram (...) Ils veulent vous entraîner dans une spirale infernale où chaque voisin se retournera contre son voisin. », rapporte l'AFP.

 

 


Dans un entretien à la BBC, Wole Soyinka a qualifié l'escalade de violences de Boko Haram de « folie » et s'est inquiété du « risque réel de desintégration » qui menace la nation.


« Le gouvernement doit prendre des mesures drastiques pour contenir cela », a-t-il expliqué, tout en pointant du doigt la corruption des dirigeants : « Nous sommes éviscérés par le maintien d'une constitution extrêmement lourde, qui alimente la corruption. »


Les auteurs possèdent un pouvoir d'influence politique d'importance au Nigeria. Début janvier, des auteurs, dont Chinua Achebe, s'étaient associés pour soutenir les manifestations du peuple contre la hausse des prix du carburant décidée par le régime (notre actualitté). Le président Goodluck Jonathan a finalement décidé de baisser les prix de l'essence de 30% cette semaine.

 

Crédit photo : Facebook