Nigeria : le Nobel de littérature Wole Soyinka soutient l'activiste Mubarak Bala

Clément Solym - 06.08.2020

Edition - International - Wole Soyinka Nigeria - détention activité Nigeria - Mubarak Bala prison


Mubarak Bala est un dangereux criminel : les autorités nigérianes sont tout de même parvenues à l’arrêter, le 28 avril dernier. Et le crime ne fait aucun doute : il a insulté le prophète Mahomet, dans une publication sur Facebook. Cybercriminalité, doublée d’un délit religieux sans commune mesure : heureusement que la police veille…


 

Il s’en trouve un autre, pour veiller, avec bien plus d’esprit et de bienveillance : le prix Nobel de littérature, Wole Soyinka, a connu l’emprisonnement politique dans les années 60, victime de la répression policière. Alors que Moubarak Bala enregistre son 100e jour de détention, l’écrivain lui a adressé un courrier.

Bala est président de l’Association des humanistes nigérian. Il avait déjà été arrêté, enfermé dans un centre psychiatrique, puis relâché en juillet 2014 sur les pressions de l’organisation qu’il préside. À cette époque, on l’accusait d’athéisme…
 

100 jours, 100 pas


Six ans plus tard, c’est dans la prison de l’État de Kano qu’il est enfermé. Soyinka avait enduré 22 mois de détention, parvenant à diffuser ses poèmes hors des murs, écrits sur du papier toilette. Dans son courrier, il s’adresse à Moubarak l’imaginant « faire les cent pas dans ta cellule, comme je l’ai fait. Sentir, chaque jour qui passe, une tension supplémentaire ».

Et d’ajouter : « Mais je sais aussi que chaque jour, vous pousserez plus loin vos limites — que vous avez toujours considérées comme conscrites — et découvrirez une force dont vous n’avez jamais rêvé. » 

Le prix Nobel, qui publie son courrier sur le site de l’association fait état de la solitude du prisonnier, sans accès à ses avocats, ni sa femme, ni son fils. Le « fléau de l’extrémisme religieux a envahi [le Nigéria] », insiste-t-il. Et l’activisme de Moubarak Bala, dans ce contexte, ne pouvait passer inaperçu.
 

Contre la solitude


« Malgré les dangers, vous êtes resté ferme dans vos convictions, fidèle à vos valeurs. […] Vous vous êtes opposé à la marée de l’impérialisme religieux. Vous vous êtes battu pour toute l’humanité, pour assurer un monde meilleur et plus juste pour tous. »

Et de conclure : « Je vous écris aujourd’hui pour vous dire que vous n’êtes pas seul : il y a toute une communauté, à travers le monde, qui se tient à vos côtés et se battra pour vous. Nous ne nous reposerons pas tant que vous ne serez pas libéré et en sécurité. »

100 jours de détention se sont écoulés. Et pendant ce temps, le président Muhammadu Buhari vient de convoquer son État-Major pour évoquer les tensions dans le pays, et les menaces intérieures. Début août, une attaque de Boko Haram a tué 18 personnes au Cameroun, et depuis dix ans, tente d’instaurer un califat islamiste au Nigeria.

Alors, un athée, imaginez le danger…


Commentaires
En janvier 2015, une marée humaine affirmait «Je Suis Charlie» en France après l'assassinat par des barbares de dessinateurs ayant insulté Mahomet.

En 2020, d'autres foules immenses ont défilé partout suite au meurtre de George Floyd, par un barbare d'un autre genre, censé maintenir un ordre d'un autre type que le califat rêvé par des fanatiques.

Floyd est mort et son assassin est en prison.

Se lèvera-t-on pour Mubarak Bala qui lui croupit entre quatre murs pour cause d'athéisme ?

Il n'est pas visible -sauf erreur de ma part -sur des images d'actualité.

Serait-ce son vrai crime ?

Après ce site, la presse et les habituelles vigies de l'espace public vont-elles se dresser en faveur de ce martyr ?

Ou bien les victimes d'exactions diverses -le mot est faible -sont-elles comme des joueurs au grand jeu du hasard, de la loterie médiatique ?

Certains gagnent (une indignation générale en leur faveur) et d'autres perdent -on les ignore, on les oublie ?

Respect à ce Monsieur et merci à ce site pour cette chronique.

Si elle pouvait seulement être le détonateur d'une prise de conscience du public quant à cette injustice monumentale...

Sa vie (noire en l'occurrence) importe !

CHRISTIAN NAUWELAERS
par ce biais, j'entends parler des Boko Haram; non seulement cette secte empoisonne le Nigéria mais déborde sur le Cameroun (ils ont enlevé une famille à Wasa où je me trouvais). Leur chef est fou, ce qui m'inquiète, c'est qu'il soit suivi par d'autres.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.