NO TAV : Erri De Luca finalement acquitté

Julie Torterolo - 19.10.2015

Edition - Société - Erri de Luca - NO TAV procès jugement - acquitté


Mis en cause pour incitation au sabotage, l’écrivain italien Erri De Luca risquait jusqu’à huit mois de prison ferme. Engagé depuis plusieurs années dans le projet NO TAV, qui lutte contre l’installation de la ligne TGV entre Lyon et Turin, l’auteur se voyait reprocher certaines de ses déclarations, notamment dans la presse qui étaient assimilées à des incitations au meurtre. Le verdict est tombé en ce début d’après-midi : Erri De Luca a été acquitté. 

 

Erri de Luca

Erri de Luca (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Erri De Luca a été acquitté, « faute de preuves », ont déclaré les juges du tribunal de Turin. La décision a été accueillie par les cris de joie des opposants au projet TAV, venus en masse pour soutenir l'écrivain. 

 

Depuis le début de la procédure, Erri De Luca se voit reprocher les propos qu’il a tenus en 2013 dans une interview donnée au Huffington Post italien : « Les sabotages sont nécessaires pour faire comprendre que le TGV est une œuvre nuisible et inutile. » Pour le procureur de Turin, l'écrivain était allé trop loin : « Ses paroles ont un poids déterminant sur le mouvement NO TAV ». Le 21 septembre, il avait requis 8 mois de prison ferme à l’encontre de l’écrivain. 

 

La toute dernière audience s’est ouverte ce matin à 9h30, sous la présidence de la juge Immacolata Iadeluca, rapporte le journal Ansa. Erri De Luca n’en démord pas : le verbe saboter est un terme « noble et démocratique ». « Je défends l'origine du mot saboter dans son sens le plus efficace et le plus vaste. Je suis prêt à subir une condamnation pénale pour son emploi, mais non pas à laisser censurer ou réduire ma langue italienne », a-t-il rajouté. 

 

Une prise de position bien ancrée pour ce militant écologiste : « Je confirme ma conviction profonde que la prétendue ligne à grande vitesse doit être entravée, contrée et sabotée, par légitime défense pour le sol, l’air et l’eau », a-t-il répété. Pour Erri De Luca, rester dans la salle d’audience constituait un « acte de résistance ». 

 

Au fur et à mesure de l’affaire, les soutiens pour l’écrivain se sont multipliés, particulièrement en France. Un site « Soutien à Erri De Lucca » ainsi qu’un appel à soutien signé par 85 avocats français et internationaux avaient notamment vu le jour ces derniers mois.