Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Noel Gallagher ne lit peut-être pas de fiction, mais il en compose

Julien Helmlinger - 27.10.2013

Edition - International - Noel Gallagher - Fiction - Polémique


Today is gonna be the day, that we're gonna throw it back to him... L'icône de la brit pop des 90's, Noel Gallagher, a dû hérisser les poils de bien des amoureux de la lecture en affirmant dernièrement que lire de la fiction n'était qu'une « putain de perte de temps » et proposant que « les libraires, lecteurs, écrivains, ceux qui ont des livres aillent se faire foutre ». Des remarques qui soulèvent des questions sur la place de la littérature dans la société moderne.

 

 

 Creative Commons via Flickr, par Nivrae (CC by 2.0)

 

 

Selon la définition que le Larousse rattache au mot fiction, on constate que le terme désigne « tout ce qui est considéré comme création de l'imagination, ce qui est du domaine de l'imaginaire comme de l'irréel ». Wonderwall ou pas, il semblerait que des chansons du méchant garçon de Manchester soient donc à classer dans le registre fictionnel.

 

Ses paroles, bien que mises en musique, inspirent le public en lui racontant... des histoires. La petite polémique relance à sa manière le débat britannique autour des questions quant à la valeur de la fiction, la relation entre le livre et la chanson, ou encore sur le défi de l'accès à la lecture.

 

Certains commentateurs estiment que toute forme d'art, offrant son oasis en plein désert routinier, que ce soit de la chanson, du roman ou autre cinéma, devrait être valorisée. La culture pop et la littérature ne devraient en conséquence pas rivaliser, mais se compléter et créer des ponts entre les supports à la manière de l'oeuvre de Patti Smith, par exemple.

 

Comme l'expliquait dernièrement James Patterson à Justin Bieber, comparaison certes quelque peu assassine pour un rocker, la lecture améliore la qualité de vie des lecteurs et il serait en conséquence préférable d'y inciter plutôt que d'en détourner ses fans. 

 

Mais à sa décharge, si la star britannique a ainsi défié le monde littéraire en le qualifiant en outre d'élitiste, elle a néanmoins admis lire et s'instruire à travers les livres, même si sa préférence va au bouquin documentaire. 

 

(via TheGuardian)