Noir Canada : L’ALQ se lance elle aussi dans la bataille

Clément Solym - 07.05.2008

Edition - Société - ALQ - Uneq - Noir


Décidément le livre Noir Canada fera couler beaucoup d'encre. C'est au tour de l’Association des libraires du Québec (ALQ) de s'associer à l'Uneq contre la tentative de la compagnie minière Barrick gold, de faire pression sur un éditeur pour empêcher la sortie d'un livre.

Celle-ci estimait en effet que le « livre véhicule des allégations fausses et grandement diffamatoires au sujet de Barrick ». Pourtant l'éditeur ne s'est pas dégonflé et a annoncé la parution du livre pour le 16 avril dernier. L’Union des écrivaines et des écrivains québécois s'est alors manifestée dénonçant une pratique de « slap » de la part de Barrick gold. Dans son communiqué l'Uneq demandait au ministre Jacques Dupuis « de procéder rapidement à la présentation d’un projet de loi qui limiterait l’usage des “poursuites-bâillons” ».

Aujourd'hui l'ALQ mêle sa voix à celle de l'Uneq « pour demander au ministre Jacques Dupuis d’intervenir légalement et rapidement afin de préserver à tous les citoyens leur droit de parole et leur droit d’être informé en toute liberté, sans intimidation ou menace abusive ».

Concernant l'affaire de Noir Canada, elle ajoute « La réaction de Barrick Gold est, selon nous, disproportionnée. Il est facile d’imaginer le long et ruineux parcours d’un procès contre une compagnie qui possède de solides moyens financiers » et estime que plus généralement « Cela ne peut que créer un climat de méfiance et de crainte chez les auteurs et les éditeurs et porter atteinte à l’un des principes fondamentaux de notre démocratie ».