Non remplacement des enseignants, des parents réclament compensation

Clément Solym - 19.06.2010

Edition - Société - remplacement - enseignants - absents


En mars dernier des parents d'élèves de Seine-Saint-Denis avaient posé un recours « à l'amiable » contre le ministère de l'Éducation nationale pour un trop grand nombre d'absences de professeurs non remplacées.

Lorsqu'un professeur était absent dans certaines écoles du département, une affiche à l'entrée demandait aux parents de les garder chez eux. Dans d'autres cas, les enfants étaient placés dans d'autres classes, voire même dans des classes inférieures.


Laure Watrin a un fils scolarisé au Pré-Saint-Gervais en CE2. Elle affirme : « Les enfants étaient dispatchés dans d'autres classes, mais comme il y a eu jusqu'à cinq absences en même temps dans l'école, elles étaient surchargées. Puis il y a eu quatre remplaçants différents en dix jours. Le pompon, ça a été le recrutement d'étudiantes ni formées ni encadrées. C'était le zoo dans la classe ».

Seulement voilà, le ministre n'a pas reconnu de fautes. Il a expliqué : « Le fait de devoir fréquenter pendant quelques jours la classe d'un autre enseignant ne peut être regardé comme ayant une incidence sur le déroulement de la scolarité de votre enfant ». Et selon l'inspecteur d'Académie cette situation était due à plus grande proportion de congés maternité chez les enseignantes cette année.

Des explications qui n'ont pas vraiment convaincu les parents. Daniel Garault, parent d'élève et délégué FCPE, indique : « d'après l'inspecteur de la circonscription de Pantin, il n'y aura pas plus de moyens ».

Les parents d'élèves ont donc décidé de passer à la vitesse supérieure en déposant des recours individuels vendredi dernier au tribunal administratif de Montreuil. Au total, une trentaine de parents se sont retrouvés devant le tribunal et 132 recours ont été déposés. Les parents réclament un euro symbolique par jour d'école non remplacé.