Nos livres à juste prix : politiques et professionnels mobilisés au Québec

Clément Solym - 12.09.2012

Edition - Economie - Hachette Livre - Arnaud Nourry - Québec


La chaîne du livre est solidaire dans la campagne québécoise « Nos livres à juste prix », soutenue notamment par Arnaud Nourry, PDG d'Hachette Livre, ou encore l'auteure franco-canadienne Nancy Houston. Une campagne qui défend la nécessité d'une réglementation sur le prix des nouveautés dans le pays. D'autres personnalités ont également pris position, parmi lesquelles Michel Tremblay, Yann Martel, ou encore Marie Laberge. Objectif : mettre grandes surfaces et petites librairies sur un pied d'égalité.

 

All sizes same price

(auteur : Timothy Valentine)

 

Le 22 août dernier, toutes les associations québécoises s'étaient réunies pour des concertations aboutissant à la cosignature d'une lettre ouverte aux partis politiques, afin de promouvoir une réglementation sur le prix des nouveautés. L'Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ), l'Association nationale des éditeurs de livres (ANEL), l'Association des distributeurs exclusifs de livres en langue française (ADELF), l'Association des libraires du Québec (ALQ), et la Fédération québécoise des coopératives en milieu scolaire (Coopsco), ont témoigné dans l'urgence, pour sauvegarder une industrie locale qui emploie 12 000 personnes et génère 800 millions $ à l'année. 

 

Arnaud Nourry, le PDG d'Hachette Livre, s'est également prononcé dans le débat « La loi Lang, qui a institué le prix unique, a permis à la France de conserver et même de développer un réseau extrêmement dense de libraires. En protégeant les points de vente de petite taille ou de taille moyenne, contre une politique de prix cassés pratiquée par des réseaux dont ce n'est pas le cœur de métier. »

 

La lettre datée du 4 septembre est adressée à Benoît Prieur, directeur de l'AFEP, qui l'a rendue publique hier. Et d'après le PDG cette loi a servi à « […] éviter l'apparition en France d'un marché à deux vitesses, le premier vendant à prix cassé, le second constitué de libraires haut de gamme ». Il remarque par ailleurs qu'il ne faut pas s'étonner du rythme plus rapide des publications dans des pays où une telle réglementation a été adoptée, à savoir l'Allemagne, l'Espagne, les Pays-Bas, l'Argentine, le Japon, ou encore la Corée du Sud.


« En France, le prix unique est la règle  […] En trente ans, pas une voix ne s'est levée pour réclamer sa disparition. Il met tous les points de vente à égalité [...] ce qui laisse le champ libre à un vaste terrain où peut s'exercer la concurrence. » Si  Arnaud Nourry reste cependant objectif, expliquant que le marché a pu être déséquilibré  par une « une disparition progressive des librairies indépendantes » il conclut en rappelant que le livre doit être traité en « bien de qualité »Pour lire la lettre et les autres témoignages, c'est sur le site de la campagne noslivreajusteprix.com.

 

Nancy Houston a également prit position, plutôt bien placée pour le faire puisqu'elle a publié son tout premier roman, Les variations Goldberg, en 1981 : « Il faut se battre coûte que coûte pour préserver cette espèce fragile, actuellement menacée d'extinction : les petits libraires » explique l'auteure.