Dépenses culturelles : Fleur Pellerin se met les maires à dos

Antoine Oury - 03.08.2015

Edition - Société - Fleur Pellerin - maires - François Baroin


Un échange musclé a eu lieu ce week-end entre Fleur Pellerin, ministre de la Culture, et Florian Philippot sur Twitter. Ce dernier faisait suite aux décisions du député-maire Front national de Fréjus, autour de la politique culturelle de la municipalité. Pratiquement en même temps, la ministre avait un autre échange, avec François Baroin, président de l'Association des maires de France. Ce dernier reproche certains propos de Fleur Pellerin vis-à-vis des élus, mais surtout, en sous-texte, la baisse des dotations aux collectivités.

 

IMG_8964

François Baroin (Fondapol - Fondation pour l'innovation politique, CC BY-SA 2.0)

 

 

Le 1er juillet dernier, Fleur Pellerin prononçait un discours devant le Conseil National des Professions du Spectacle (CNPS), à Paris. Étant donné l'audience et le contexte, le besoin de rassurer les professionnels de la culture se fait sentir, et Fleur Pellerin n'hésite pas à multiplier les garanties : l'engagement de l'État est là, ne manque que la volonté des élus pour que la décentralisation soit réussie.

 

Je sais que beaucoup d’élus, toutes sensibilités politiques confondues, jouent sincèrement le jeu de la culture. Je le vois en signant des pactes culturels partout en France. Il ne faut pas être naïf ; je n’accepte pas que certains élus maquillent sous des difficultés budgétaires ce qui relève en réalité d’un pur choix politique. S’attaquer à la culture, cela doit s’assumer politiquement. Fleur Pellerin, le 1er juillet 2015

 

C'est ce paragraphe du discours qui a fait bondir François Baroin, président de l'Association des maires de France. Le sénateur Les Républicain de l'Aube rappelle à la ministre, dans un courrier du 13 juillet 2015, « que les dispositifs de financement mis en place par le ministère contraignent régulièrement les communes à des dépenses supplémentaires ou à des créations de nouvelles offres de service auxquelles elles s’efforcent de répondre, non sans difficulté ». Retour à l'envoyeur, en quelque sorte.

 

Par ailleurs, le président de l'AMF ne semble pas vraiment convaincu par les pactes culturels signés entre le gouvernement et les collectivités, et déjà mis en place sous Aurélie Filippetti. Ces pactes culturels garantissent que l'État maintiendra ses investissements culturels sur la période 2015-2017 pour les villes et intercommunalités, si ces dernières font de même. En somme, une sorte de garantie de stabilité. François Baroin, de son côté, n'y voit que la confirmation d'« un niveau historiquement bas » des crédits du ministère.

 

La réponse est tardive, datée du 30 juillet, mais Fleur Pellerin attaque d'abord avec une leçon comptable à l'attention de François Baroin. « C'est à 11 milliards d'euros que s'élève la contribution des collectivités territoriales dans leur ensemble [à l'effort de redressement des comptes publics], et non à 28 milliards d'euros pour le seul bloc communal, comme vous l'évoquez pourtant dans votre courrier. » 

 


 

Il s'agit ensuite de séparer le bon grain de l'ivraie : si des communes comme Levallois, Chalon, ou Fréjus, donc, font état de choix politiques peu raccord avec la volonté de la ministre de la Culture, cette dernière salue « ces communes qui font le choix de la culture ». Et rappelle la promesse du chef du gouvernement, Manuel Valls : « Il a fait le choix de la culture en préservant le budget que l'État lui consacre, dès la loi de finances de 2015. Il l'augmentera en 2016. »

 

Sans aucun doute, les maires de France demanderont des comptes...