“Notre pays est dans un état d'urgence culturelle” (Françoise Nyssen)

Antoine Oury - 15.06.2017

Edition - Bibliothèques - Françoise Nyssen - congrès ABF Nyssen - bibliothèques Françoise Nyssen


La ministre de la Culture Françoise Nyssen ouvrait ce jeudi 15 juin 2017 le 63e Congrès de l'Association des Bibliothécaires de France, organisé à Paris, Porte de Versailles. Devant les professionnels, réunis sous le thème « Inégalités territoriales et égalité des chances », la ministre de la Culture a souligné l'importance des bibliothèques dans l'accès à la culture tout en évoquant le projet présidentiel de l'extension des horaires d'ouverture.

 
Françoise Nyssen au Congrès ABF 2017
Françoise Nyssen au Congrès de l'ABF (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


Le discours est encore mal assuré, et la ministre avoue elle-même se débattre avec les acronymes : devant l'Association des Bibliothécaires de France, organisme de représentation majoritaire pour la profession, Françoise Nyssen a évidemment eu beaucoup de mots doux. « Vous êtes absolument essentiels dans cet écosystème », « Pour de nombreux citoyens, la bibliothèque est le premier point d'accès à la culture », « Notre ambition est forte, car nous avons une conviction forte de la richesse et de l'avenir des bibliothèques »...

Pour ce premier contact public avec la profession, les politesses sont de rigueur. Mais Françoise Nyssen a surtout fait le déplacement au Congrès de l'ABF pour défendre le projet présidentiel, celui de l'extension des horaires d'ouverture des établissements, principal sujet de son discours.

« Les bibliothèques restent un lieu de référence pour beaucoup de citoyens : 40 % des Français de plus de 15 ans les fréquentent, contre 25 % en 1997 », souligne la ministre en faisant référence à une étude sur les Français et les bibliothèques qui sera publiée demain par le ministère de la Culture. « Les bibliothèques doivent s'ouvrir davantage elles-mêmes, c'est-à-dire ouvrir mieux en s'attaquant aux inégalités territoriales », explique Françoise Nyssen.

Le président Emmanuel Macron avait insisté, au cours de sa campagne, sur l'extension des horaires d'ouverture des bibliothèques, en particulier le dimanche, faisant parfois un peu trop écho à des actions menées lors du quinquennat de François Hollande, et soulevant parfois des protestations du côté de la profession, qui fait face à des administrations en quête d'économie et de réductions d'effectifs.

D'ailleurs, sur le plan économique, autant ne pas se le cacher : « L'effort d'investissement des collectivités locales doit se poursuivre, surtout dans les zones rurales et les quartiers prioritaires », annonce la ministre. Certes, l'État a mis en place des aides aux collectivités, comme la Dotation Générale de Décentralisation, mais sa baisse en 2017 inquiète l'ABF et, si la ministre assure qu'elle sera « maintenue », il n'est pas question d'évoquer une hausse.

Si Xavier Galaup, président de l'ABF, a appelé de ses vœux une campagne nationale pour les bibliothèques, Françoise Nyssen fait avant tout référence à la Nuit de la Lecture, programmée le 20 janvier 2018 pour sa deuxième édition, ou appelle en renfort Erik Orsenna en ambassadeur de la lecture pour convaincre les collectivités territoriales, justement, d'ouvrir plus largement les établissements de lecture publique.

À ce titre, la ministre assure que les universités doivent aussi participer au mouvement en ouvrant elles aussi plus largement leurs bibliothèques et promet que « les bibliothécaires, l'ensemble des agents publics concernés, les organisations syndicales, les citoyens, les collectivités et les élus » seront consultés, avec les directions régionales des affaires culturelles, pour élaborer les projets et estimer le soutien de l'État.

Sur d'autres sujets, toutefois, comme le prêt numérique, la lutte contre la censure appliquée aux bibliothèques ou encore l'éventuelle taxe sur la lecture publique qui pourrait s'appliquer aux établissements, la ministre se montre beaucoup moins prolixe, quand elle n'occulte pas carrément le sujet. D'ailleurs, le mot a été passé jusqu'à la culture : aucune question de la presse n'aura été prise en compte.
 

Des annonces appréciées, avec vigilance


Le réseau Bibliothèques Sans Frontières a immédiatement réagi aux propos de Françoise Nyssen, soulignant que l’adaptation des horaires d’ouverture aux contraintes des usagers apparaît comme une priorité de son agenda ministériel.

 

« En 2014, BSF avait ouvert le débat public sur le sujet avec sa campagne « Ouvrons + les bibliothèques ! ». Françoise Nyssen figurait d’ailleurs parmi les signataires de la pétition citoyenne au cœur de cette campagne. Des avancées ont eu lieu au cours du dernier quinquennat pour certaines institutions et territoires ; mais aussi des reculs. C’est pourquoi Bibliothèques Sans Frontières et l’Association des Bibliothécaires de France ont interpellé ensemble les candidats aux élections présidentielle et législatives afin que les bibliothèques soient au cœur de la prochaine mandature », indique le réseau.

 

Les annonces de la Ministre, prévoyant un grand débat mené au niveau des régions, en concertation avec l’ensemble des acteurs socio-culturels et syndicaux, « vont dans le bon sens. BSF restera vigilant pour le passage des paroles aux actes ».