medias

“Nous aurons besoin de livres et nous aurons besoin les uns des autres ”

Victor De Sepausy - 31.03.2020

Edition - International - livre lecture Europe - initiatives éditeurs lecture - réseaux livres lecteurs


La pandémie a frappé, et les États impuissants confinent leurs populations pour éviter une propagation plus violente encore. En Europe, on déplore quelque 26.500 morts, et le Fonds monétaire international voit poindre « une profonde récession » pour cette année. Des réflexions d’une intelligence remarquable et de l’analyse de haute voltige. Passons.


024-657-834 CC 0


Pendant que le directeur du FMI, Poul Thomsen, invente l’eau froide sur son blog (à lire ici, on a du temps à perdre), l’association européenne des éditeurs brandit la lecture comme « une autre façon de gérer le temps et les loisirs ». Des livres ? Pourquoi pas, les initiatives de maisons d’édition se sont littéralement démultipliées ces dernières semaines pour maintenir le lien avec les lecteurs.

Les libraires, premières victimes directes, sont hors course dans la chaîne du livre, de même que les manifestations. Voici donc que les éditeurs se découvrent une passion pour la communication, à tout crin — y compris maladroite. Comme si l’édition redécouvrait que le lecteur, le destructeur final, était la clef de voûte de tout le système…

La Fédération n’est pas en reste et salue l’activité des éditeurs, à travers toute l’Europe. « Si la crise du Covid-19 peut aider les gens à retrouver le plaisir de lire, alors peut-être qu’à l’avenir, lorsque nous reviendrons à la normalité, cette habitude leur restera », indique un communiqué.

Et de recenser les hashtags qui, via les réseaux sociaux, accompagnent des messages liés à la lecture : 

Belgique — Flanders — #ikleesthuis & #ikverspreidhetleesvirus
Allemagne —#StayAtHomeReadABook https://www.jetzteinbuch.de/downloads/
Italie —www.ioleggoperche.it #ioleggoperché #leggiamounastoria (soulignons aussi #IoLeggoACasa ou #LeggiamoACasa)
Lettonie —#lasamgramatasmajas
Lituanie #skaitaupalaikau #liknamiesuknyga
Pologne —#TerazCzasNaCzytanie
Portugal #leyaemcasa #lerdoceler
Roumanie —#citimacasa
Suède —#hemmamedenbok
Pays-Bas — #ikleesthuis

Et en France ? Rien, manifestement… Pourtant, l’opération #ConfinementLecture profite largement à l’ensemble des utilisateurs, qui l’emploient sans pourtant se référer à cette offre de livres gratuits, réunissant désormais 20 éditeurs. On retrouve également #UnLivreUnJour associé à des posts, repris du nom de l’émission éponyme, pastille culturelle diffusée sur France 3. 

Le 25 mars dernier, la FEE avait envoyé plusieurs demandes aux institutions européennes : 

• Des aides immédiates plus conséquentes dans le cadre des programmes existants Europe Créative, Horizon Europe et le fonds de garantie
• Un véritable programme d’aide au livre dans le cadre d’Europe Créative
• Une transposition fidèle et effective de la directive Droit d’auteur de 2019
• Des mesures contribuant à une concurrence loyale dans l’environnement numérique: un régime permettant de mettre fin à l’évitement fiscal par les GAFA, l’interopérabilité, une politique de la concurrence agissant ex-ante (avant le constat d’abus de position dominante), une politique d’intelligence artificielle évitant les comportements abusifs des GAFA

Bref, l’Europe se lance. 

 


L’Association internationale des éditeurs, plus efficacement, a référencé sur une page l’ensemble des actions menées par les éditeurs à travers le monde.

Dans l’ensemble, les éditeurs ont placé en ligne des ressources gratuites — liées au Covid-19 dans le cas de maisons universitaires — ou effectué des campagnes de réductions de prix sur les ouvrages numériques. Et largement relayé les messages gouvernementaux incitant à rester chez soi.

Pour autant, l’IPA souligne l’impact sur l’ensemble de l’industrie que cette situation pourra avoir — comme pour tous les secteurs en réalité. Hugo Setzer, président, relève : « Le confinement dans le monde a induit un boom de la lecture. Les livres et la lecture sont le moyen idéal pour échapper à nos quatre murs, mais aussi pour comprendre ce qui se passe autour de nous, comment surmonter cela et comment améliorer notre vie à l’avenir. »

« Nous aurons besoin de livres et nous aurons besoin les uns des autres », conclut-il.

L’occasion, à ce titre, de demander aux gouvernements qui, dans le monde, maintiennent emprisonnés des journalistes et auteurs, « dans des conditions qui les mettent en extrême danger », de procéder à une libération immédiate. La liberté d’expression, brimée dans certains territoires, devient essentielle : « Jamaias la liberté de publier ne s’est imposée comme une telle évidence, en temps de crise. »


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.