medias

“​​​​​​​Nous avons hâte de ré-ouvrir nos librairies, pas à n’importe quel prix”

Auteur invité - 19.03.2020

Edition - Librairies - librairies fermeture - coronavirus edition - livres lecteurs libraires


En réaction aux propos de Bruno Lemaire, ministre de l’Économie, Wilfrid Séjeau, président de l’association et les libraires Initiales, s’est fendu d’un courrier. Parce que la santé ne saurait être mise en balance avec le commerce, fut-il celui du livre, le président met en garde contre une approche trop mercantile de la situation. Une prise de position que vient appuyer un message émanant du Syndicat de la librairie française.

Librairie Filigrannes
ActuaLitté, CC BY SA 2.0 (photo d'illustration)
 

Son courrier est ici reproduit dans son intégralité
 
« Monsieur le Ministre, nous avons hâte de ré-ouvrir nos librairies et de retrouver nos clients, mais pas à n’importe quel prix. Aujourd’hui, notre priorité c’est la responsabilité et la citoyenneté. Pas les petits profits. »
 
Groupement de cinquante libraires indépendants en France et en Belgique, Initiales souhaite réagir aux propos tenus par le ministre de l’Économie lors de la matinale de France Inter du 18 mars. Bruno Lemaire a évoqué la possibilité d’examiner une réouverture pour les librairies, pendant la période de confinement.

Face à cette grave crise sanitaire, nous, libraires, sommes responsables et avant tout soucieux de la santé de nos clients et de nos salariés. Nous avons appliqué strictement les règles de confinement, il est dangereux d’exposer davantage de personnes. À l’heure actuelle, seuls les achats alimentaires sont strictement nécessaires.
 
Nous pensons bien sûr que les librairies sont des lieux essentiels pour la culture, le partage et le vivre-ensemble, mais nous ne sommes pas dupes : l’enjeu, aujourd’hui, c’est bien de demander à Amazon, FNAC et aux hypermarchés de se cantonner aux ventes de produits alimentaires ; il serait pour le moins scandaleux que le géant américain de la fraude fiscale, qui fait tout pour échapper à l’impôt et « évite » ainsi de contribuer à la solidarité nationale, profite de cette crise pour gonfler ses gains.

De plus, tous exposent sans vergogne leurs salariés aux risques de contamination et recrutent actuellement des intérimaires... Le gouvernement doit faire preuve de courage politique et imposer un peu de décence.

Contrairement à ce qui a été dit par le ministre sur France Inter, jetant de la confusion avec la vente presse, nous tenons à souligner que les librairies sont bien fermées en Belgique, comme nous l’ont confirmé nos adhérents là-bas. [NdlR : en Belgique, les bureau de presse sont appelées librairies...]
 
Nous avons hâte de ré-ouvrir nos librairies et de retrouver nos clients, mais pas à n’importe quel prix : dans des conditions de convivialité nous permettant de bien faire notre métier, du temps pour accueillir, conseiller, la possibilité de faire des commandes (l’essentiel de la chaîne du livre est aujourd’hui à l’arrêt), dans le souci de la santé de toutes et tous. Nos livres vous attendront, comptez sur nous.
 
 
Wilfrid Séjeau


 

Mise à jour - 15h : 


Le Syndicat de la librairie française vient de faire partir un communiqué de presse, qui ne souffre aucune erreur d'interprétation. L'enjeu est bien celui d'une protection des citoyens, et non d'une rouverture précoce des librairies. En revanche, les enjeux d'une concurrence loyale en cette période restent posés. Le texte qui suit reprend intégralement le communique du SLF.


Les conditions d’une réouverture des librairies ne sont pas encore réunies
 
Le Syndicat de la librairie française a diffusé hier un communiqué dans lequel il souligne l’hérésie sanitaire que représente la poursuite des livraisons et des ventes de livres sur les plates-formes internet et dans la grande distribution.

Dans le souci de protéger leurs clients, leurs salariés et les livreurs, les librairies ont, dans leur quasi totalité, suspendu tout service de retrait et de livraison et renoncé à une ouverture lorsque la vente d’autres produits comme la presse les y autorisait. Le coût économique pour notre profession sera considérable et nous avons tous hâte de rouvrir et de retrouver les lecteurs mais, aujourd’hui, la priorité sanitaire prime sur tout autre enjeu, y compris financier.

Le ministre de l’Economie a évoqué ce matin sur France inter, l’hypothèse d’une réouverture des librairies pour répondre à la concurrence d’Amazon. Bruno Lemaire a témoigné, là, de son attachement aux librairies et au livre. Sur le fond, nous le rejoignons totalement pour considérer la librairie comme un commerce de première nécessité et comptons sur son soutien afin qu’aucune librairie ne soit poussée à la fermeture par cette crise majeure.

Néanmoins, la profession des libraires ne souhaite pas répondre au risque sanitaire de la poursuite des livraisons de livres par Amazon par le risque supplémentaire qu’engendrerait une réouverture des librairies avec tous les contacts inévitables qu’elle entraînerait entre libraires et clients. A l’heure où l’on nous dit que le confinement des personnes n’est pas suffisamment respecté, une réouverture prématurée serait dangereuse.

Nous demandons que les conditions strictes imposées par le gouvernement, dont la limitation maximale des contacts, s’imposent également aux opérateurs qui continuent, comme si de rien n’était, de vendre et de livrer des produits définis comme « non indispensables » dans la période actuelle.

Cette position est celle du Syndicat de la librairie française mais également des associations de libraires, régionales ou de spécialité.

Durant cette période très éprouvante pour la population comme pour les entreprises, la solidarité ne doit pas souffrir d’exceptions. C’est une question d’équité mais c’est également le gage d’une sortie la plus rapide possible de cette crise. 



Commentaires
une fois cette crise fini je privilégierais mes retards en films et séries, puis plus tard les Mangas...
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.