Nouveau boycott de l'éditeur Elsevier, en Californie, cette fois

Antoine Oury - 04.03.2019

Edition - International - Elsevier californie - boycott elsevier - universite californie elsevier


Comme d'autres universités ou groupements d'universités avant elle, l'université de Californie, qui rassemble 10 campus dans l'État américain et accueille près de 200.000 étudiants, à décider de renoncer à ses abonnements aux revues du groupe Elsevier. Le réseau universitaire justifie sa décision par une implication insuffisante d'Elsevier dans l'open access, doublée de tarifs d'accès trop élevés.

Elsevier - London Book Fair 2018
(photo d'illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


Les mêmes critiques semblent appeler les mêmes effets : un nouveau boycott s'est déclaré à l'encontre du groupe Elsevier, spécialisé dans l'édition scientifique et académique, prononcé par l'université de Californie. « Malgré des mois de négociation contractuelle, Elsevier n'a pas souhaité accéder aux demandes de l'université : garantir un accès ouvert aux recherches de l'université de Californie tout en limitant la hausse continue des coûts des revues à but lucratif », commente l'université dans un communiqué.

C'est un nouvel épisode dans la saga des boycotts auxquels fait face le groupe Elsevier, en Europe comme aux États-Unis. Depuis plusieurs années, cet éditeur scientifique historique et quelques autres, comme McGraw-Hill ou Springer Science, font face aux critiques des universitaires et chercheurs à l'encontre de tarifs d'accès aux revues jugés prohibitifs, et en hausse constante.

L'autre motif de désaccord concerne évidemment l'accès ouvert, ou open access, que les éditeurs ont parfois intégré partiellement dans leur modèle d'édition en proposant des revues hybrides ou avec des tarifs réduits. Mais une partie de la communauté scientifique déplore la lenteur de la transition vers l'accès ouvert, notamment pour les résultats de recherches financées par des fonds publics.

L'université de Californie, dès le début des négociations, souhaitait ainsi que les résultats des recherches menées par ses collaborateurs soient accessibles de manière ouverte, sans délai, ce que l'éditeur Elsevier a refusé. « Selon les conditions proposées par Elsevier, l’éditeur aurait facturé aux auteurs de l'université de Californie des frais de publication importants, qui s'ajoutent au montant de l'abonnement de plusieurs millions de dollars de l'université, entraînant des coûts bien plus élevés pour cette dernière et des bénéfices bien supérieurs pour Elsevier », résume le réseau universitaire.
 

Une rupture « unilatérale » des négociations


« Le savoir ne devrait pas être accessible uniquement à ceux qui le paient », indique simplement Robert May, à la tête du sénat académique de l'université, qui soutient la position adoptée par le réseau. Lors des négociations, l'université avait réclamé un accès ouvert immédiat pour l'ensemble des articles signés par ses collaborateurs, ainsi qu'une stabilisation des coûts d'abonnement.
Elsevier publierait environ 18 % de la production de l'université de Californie en matière d'articles faisant état de résultats de la recherche, selon les données fournies par le réseau universitaire.
 


Dans un communiqué, Elsevier assure que 85 % des chercheurs de l'université de Californie souhaitent publier gratuitement leurs articles, et que ses services leur proposaient des solutions pour s'adapter à leurs demandes. Toujours selon l'éditeur, l'université aurait rompu les négociations « unilatéralement » et assure tout mettre en œuvre pour les rétablir.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.