Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Nouveau rassemblement de soutien pour la Fnac des Champs-Élysées

Elodie Pinguet - 19.01.2017

Edition - Société - fnac grève rassemblement - Champs-Elysées - discrimination salariale


Alors que la grève dure depuis le 3 décembre, les salariés de la Fnac des Champs-Élysées gardent le cap. Pour sensibiliser le public à leur cause, ils organisent des rassemblements, dont le premier a eu lieu de 11 janvier et aurait réuni une centaine de personnes. Forts de leur réussite, un nouveau est prévu le 21 janvier à 15 h.

 

Rassemblement du 11 janvier, via page Facebook du collectif

 

 

La guerre dure et le collectif de salariés à l’origine du mouvement n’est pas prêt à rendre les armes. Pour rappel, ils luttent contre une discrimination salariale qui dure depuis déjà 20 ans. Parmi les problèmes, entre autres, une non-reconnaissance de la pénibilité du magasin. 

 

En effet la Fnac des Champs-Élysées se trouve en sous-sol, mais les employés ne disposent pas de prime, contrairement à leurs collègues de Châtelet. De plus, leur travail dominical n’est pas rémunéré de la même façon que celui des autres magasins Fnac, qui bénéficient par exemple d’un repos compensateur et d’un salaire à 100 % plus élevé.

 

Suite au premier rassemblement du 11 janvier, la direction de la Fnac a commencé à réagir et à écouter les grévistes. D’après les salariés elle leur a proposé « une augmentation de 10 à 20 euros bruts par mois en reconnaissance de notre pénibilité ». Une proposition jugée « inadmissible » par le collectif.

 

Le groupe de salariés expose clairement ses revendications :

 

- Une étude de leur prime d’amplitude, qui est actuellement fixée à 30 euros brut, « pour un temps plein, depuis 15 ans pour des horaires allant de 7 h à minuit, 7 j/7, 362 jours par an ».

- Un alignement des magasins en ce qui concerne les primes de sous-sol, puisqu’à Châtelet, les salariés touchent 50 euros par mois.

- Et un « respect du maintien de salaire à 100 % pour les congés maternité et accidents de travail ».

 

Après le lancement d’une pétition, les grévistes ont maintenant ouvert une cagnotte afin de récolter des fonds financiers, puisqu’un salarié en grève n’est pas payé. Elle est disponible en ligne ou via une boîte devant le magasin.

 

Rendez-vous le 21 janvier à 15 h devant le magasin pour une nouvelle mobilisation et peut-être un nouveau mouvement de la part de la direction.