Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Nouvelle censure Apple, pour une caricature à nu

Julien Helmlinger - 20.03.2014

Edition - International - Pierre Kroll - Caricaturiste - Censure


Les robots-censeurs d'Apple se moquent des lois Asimov, et peuvent nuire aux auteurs. La pudibonde censure de la marque à la pomme a encore frappé cette semaine, peu après avoir visé le roman La femme de Bénédicte Martin, et ce avant même qu'il ne soit paru. Désormais c'est le caricaturiste liégeois Pierre Kroll qui en fait les frais et voit son dernier livre, On s'en souviendra, à son tour interdit de ventes via l'iBook Store. Le motif invoqué reste celui du contenu non approprié sur sa couverture, quand le Belge en reste stupéfait

 

 

 

La boutique en ligne refuse toutes « scènes à caractère pornographique sur la couverture », et elle fait du zèle. En début de semaine, Apple a averti Pierre Kroll, lui signifiant que le livre qu'il venait de leur soumettre peu auparavant ne pouvait figurer dans l'iBook Store pour la raison que du contenu non approprié se serait glissé sur la couverture de On s'en souviendra.

 

Ce seraient donc les seins de Delphine Boël, croqués par le caricaturiste, qui ne passeraient pas au filtrage de la censure. Son livre, tout comme celui de Bénédicte Martin, épinglé un semain auparavant, ne recèlerait pourtant aucun contenu véritablement obscène, et Pierre Kroll s'en est indigné ce mercredi par le biais de sa page Facebook, en faisant le lien entre ces deux dernières couvertures refusées par Apple.

 

Steve Jobs affirmait lui-même s'être senti investi d'une responsabilité morale à écarter la pornographie de l'iPhone, seulement les cas de censure douteux se multiplient chez Apple. Alors Pierre Kroll soulève une question : « Mais comment apprendre à un robot qui censure « Tchoupi part en pique-nique » (pardon « Tchoupi part en pique-n*** ») le second degré ou la poésie ? La question que l'on peut se poser dans un monde où une part sans cesse croissante des livres s'achètent chez Apple ou Amazon : irait-on chez un libraire dépourvu d'une telle sensibilité ? »

 

Quoi qu'il en soit, s'ils ne veulent pas renoncer à des ventes potentielles, Pierre Kroll et Bénédicte Martin vont devoir modifier la couverture de leurs derniers ouvrages afin de pouvoir accéder à la boutique en ligne.