Nouvelle journée de mobilisation contre la précarité à la BnF

Antoine Oury - 20.05.2016

Edition - Bibliothèques - BnF bibliothèque nationale de France - BnF grève - BnF fermeture manifestation


Depuis le début du mois de mai, les personnels de la Bibliothèque nationale de France se mobilisent pour faire reconnaître les droits de leurs collègues « vacataires », mais aussi pour protester contre la politique gouvernementale d'austérité et son impact sur la qualité du service public. Une nouvelle journée de mobilisation est annoncée pour ce samedi 21 mai.

 

BnF exposition Casanova

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Et de trois : les personnels de la BnF remettent ça ce samedi 21 mai. Depuis le 7 mai dernier, chaque samedi, ils se mobilisent pour faire entendre raison au gouvernement et donner un nouveau souffle au budget de l'établissement public. Fait notable, la direction s'était associée aux représentants du personnel pour souligner l'aspect critique de la situation.

 

« La direction, avec l’appui des organisations syndicales, demande au ministère d’arrêter les suppressions de poste [environ 270, NdR]. Les suppressions ne cessent de continuer », soulignait une source syndicale au micro d'ActuaLitté, fin avril.

 

Cette fronde des personnels ne se limite pas à la BnF : plusieurs établissements de France font état de situations budgétaires et sociales critiques, alors que certaines municipalités mettent en place des élargissements d'horaires, notamment le dimanche.

 

Nous reproduisons ci-dessous le tract Intersyndicale CGT-FSU-SUD culture BNF :

 

Samedi 21 mai, nouvelle journée de grève !

 

Après le succès de la grève du samedi 07 mai, la journée de grève du samedi 14 mai a été très fortement suivie. De nombreux/ses collègues, « vacataires » comme titulaires, ont manifesté sur le site de Tolbiac pour dénoncer l’impact des politiques d’austérité sur notre établissement, le maintien dans la précarité d’une partie du personnel et l’impossibilité de mener aujourd’hui nos missions dans de bonnes conditions. La forte mobilisation a entre autre provoqué la fermeture du site à 17h30, montrant ainsi l’ampleur de la colère des agent-e-s.

 

Vacataires en grève : la précarité n’est pas la solution aux problèmes de la BnF !

 

Les vacataires de la BnF se mobilisent fortement pour dénoncer la précarité qu’ils et elles subissent depuis trop longtemps : bas salaires, droits restreints, absence de perspectives professionnelles. Les personnels les plus précaires de l’établissement restent déterminé-e-s à obtenir de la BnF de vraies mesures :

 

> passage en CDI et à 110h par mois de tous/tes les vacataires qui le souhaitent, pour un emploi stable et une augmentation significative des salaires.

> appel rapide et intégral de la liste complémentaire du recrutement direct de magasiniers/ères, pour titulariser les précaires en attente et aussi renforcer les équipes

> comptabilisation INTEGRALE du temps de travail dans GTA, pour que le « pointage » soit le même pour tous/les agent-e-s de la BnF et mettre fin au temps de travail gratuit

> organisation d’un plan de titularisation digne de ce nom au Ministère de la Culture

 

Sous-effectifs, dégradation des conditions de travail… : nous sommes tous concernés !

 

Avec la perte de 272 postes en 7 ans, la BnF, premier établissement du ministère de la Culture, a aussi été le premier à subir les coupes budgétaires liées aux politiques d’austérité.

 

L’intersyndicale CGT-FSU-SUD Culture de la BnF, réclame plus que jamais : arrêt des suppressions de postes, hausse des budgets, renforts en personnels, amélioration des conditions de travail, fin de la marchandisation des collections…

 

Les premières réponses de la Direction sont insuffisantes :

 

– demande d’arrêt des suppressions de poste au Ministère de la culture

– création d’un groupe de travail pour l’amélioration des conditions de travail des magasiniers

– un plan d’action pour améliorer les conditions d’activité des agents de l’Accueil

– passage de 5 vacataires (sur les 70 demandeurs) sur des contrats de 110H

 

Face à la mobilisation toujours aussi forte du personnel de la BnF, la direction de la BnF et le ministère de la Culture doivent rouvrir les négociations et faire enfin des propositions réelles pour répondre aux demandes.

 

Pour faire aboutir nos revendications : Rendez-vous samedi 21 mai, 10h Hall EST !

[Rendez-vous pour les soutiens extérieurs : 14h]

 

Ce tract peut être retrouvé à cette adresse.