Nouvelle-Zélande : baisse des ventes de livres, hausse du numérique

Antoine Oury - 09.10.2013

Edition - Economie - Nouvelle-Zélande - vente de livres - ebooks


Dans leurs bouleversements liés au contexte économique comme aux innovations technologiques, les différents marchés nationaux du livre suivent un schéma sensiblement proche, dès lors que l'on s'arrête aux pays développés. En Nouvelle-Zélande, une situation vue ailleurs est en train de se produire : les ventes globales de livres diminuent, tandis que les ventes en numérique augmentent.

 


Arnold Books

La librairie Arnold Books, Canterbury, Nouvelle-Zélande (J Brew, CC BY-SA 2.0)

 

 

D'après Good eReader, les ventes de livres auraient chuté de près de 15 % ces six derniers mois. Un contexte économique difficile, faible rentabilité des livres imprimés sur place... Autant de raisons qui viendraient expliquer ces mauvais résultats... Ou pas : Kevin Chapman, de chez Hachette Nouvelle-Zélande, pense ainsi que la crise n'est que conjoncturelle, et que les ventes de livres papier devraient rebondir sous peu.

 

Néanmoins, les grands acteurs du secteur n'ont pas envoyé des signaux très rassurants : Hachette a fermé sa filiale locale en juillet dernier (elle reste opératoire jusqu'à la fin de l'année), emboîtant le pas à Pearson Education.

 

Sam Elworthy, directeur de l'Association des éditeurs néo-zélandais, note pour contrebalancer ce mauvais bilan que « le marché de la Nouvelle-Zélande [pour les ebooks, NdR] est passé d'inexistant au même niveau que le marché US, en 12 mois », même si les ventes de livres n'ont pas encore été évaluées.