Nuvem de livros, la bibliothèque numérique, se déploie en Équateur

Nicolas Gary - 31.08.2016

Edition - Bibliothèques - bibliothèque numérique Brésil - Nuvem Livros Brésil - abonnement accès oeuvres


En partenariat avec l’opérateur Telefónica, le Brésil vient d’inaugurer une plateforme en Équateur : il s’agit d’une bibliothèque numérique, reproduction du modèle brésilien qui a déjà attiré plusieurs millions d’internautes. La bibliothèque Nuvem de Livros s’exporte donc, avec un lancement officiel à Quito, la capitale.

 

 

 

Initiée fin 2012, Nuvem de Livros a pour projet de rendre les livres universitaires abordables. Les élèves qui souscrivent au service sont facturés à la hauteur de 2 réaux (62 centimes) par mois, pour accéder aux 10.000 ouvrages proposés, sans limite. Pour le citoyen lambda, l’abonnement passe à 8 réaux $ (2,5 €).

 

Aujourd’hui, la version brésilienne a dépassé les 4 millions d’abonnés, et n’a jamais caché son intention de s’étendre à plusieurs autres pays hispaniques. 

 

Jonas Suassuna, son créateur, assurait : « Au début ce n’était effectivement qu’un cloud, quelque chose dans l’air ; personne ne savait ce que ça pouvait vouloir dire. En enquêtant, j’ai découvert que 15 millions d’étudiants brésiliens n’avaient accès à aucune bibliothèque, et que 66 % des écoles brésiliennes ne disposaient pas de la leur. Il y avait un besoin et une opportunité pour que le projet se développe. »

 

Avec l’ouverture du service pour l’Équateur, le principe reste le même : accéder à des livres – poésie, mémoires, romans, biographies, etc. –, des audiobooks, des vidéos, ainsi que des jeux éducatifs. 

 

La société Grupo Gol, que dirige Jonas Suassuna, estime que l’Équateur représente un territoire particulièrement riche, porté par « une nation multiethnique et multiculturelle ». 

 

« Nuvem de Livros est né dans un esprit familial. Aucun livre n’entre dans notre bibliothèque sans le contrôle de l’un de nos experts. Nous n’acceptons pas non plus d’auto-publications. Il y a des contenus qui entrent sur d’autres plateformes, et qui de fait en sont devenus la marque de fabrique, mais qui, nous, ne nous intéressent pas. Nous croyons en la valeur du travail de la maison d’édition, des éditeurs. C’est l’étape préalable à la publication d’un livre, le filtre entre l’auteur et les lecteurs », expliquait son fondateur.

 

Et d'ajouter : « Il y a de tout sur Internet, y compris des cloaques à ciel ouvert. Il est donc nécessaire qu’existent des endroits régis par un certain niveau d’exigence. » Selon lui, la réussite de son entreprise réside dans le choix exigeant des œuvres proposées, plutôt que dans la quantité de documents présentés.

 

À retrouver : Portrait de l’industrie du livre en Amérique latine

 

 

José Manuel Casas, PDG de Telefónica, assure auprès de l’agence EFE qu’avec Nuvem de Livros, les habitants auront un accès technologique simplifié « à la connaissance, l’art, la littérature et la culture », le tout en quelques clics.