Obama adoube Hillary Clinton : Anne Rice exulte

Nicolas Gary - 28.07.2016

Edition - International - Anne Rice président - Hillary Clinton Obama - Donald trump élections


Le président américain Barack Obama, grand lecteur devant l’Éternel, est intervenu au cours de la convention démocrate, apportant toute sa légitimité à Hillary Clinton. Un passage de témoin qui a donné un souffle nouveau à la campagne de la candidate. Standing ovation pour le président Obama, porteur d’espoirs : « L’Amérique est déjà géniale. L’Amérique est déjà forte. [...] Et je vous promets que, notre force, notre talent, cela ne dépend pas de Donald Trump. » Et bim.

 

 

 

C’est un passage de témoin, auquel l’Amérique a assisté hier : de Barack à Hillary, le fil conducteur reste le même, l’héritage est partagé... Bref, la nuit démocrate fut chargée de symbolisme, jusqu’à cette apparition de Bill Clinton sur scène, venu étreindre Obama. Et à Philadelphie, le sourire du président a marqué les esprits, sans aucun doute. 

 

D’autant que le POTUS n’a pas manqué l’occasion de rappeler le danger que représente Donald Trump : le milliardaire, expliquait-il, est préparé aux défis qui l’attendent dans le bureau ovale. Mais il ridiculise également les fausses promesses et les phrases favorites, que martèle le candidat républicain. « Cet homme n’a pas la moindre idée de ce qu’est la classe moyenne », assène Obama.

 

 

 

Soutien inconditionnel, total, et voici que Barack Obama l’emporte encore, orateur doué et puissant. Et parmi les spectateurs qui bichaient devant leur écran, l’auteure Anne Rice n’en peut plus : « Ce fut une nuit magnifique pour les démocrates. Je suis tellement fière de mon parti, si fière de mon président, si fière de ma candidate, Hillary Clinton », lance la romancière sur Facebook. « Juste une nuit magnifique. »

 

Mais pas question de parler de politique. Pas cette fois-ci : « Je dois dire que ce fut une grande nuit, que cette convention, et une nuit qui m’a emplie d’optimisme et d’amour pour l’Amérique. » 

 

Pas de politique, mais un moment d’extase la veille, quand Anne Rice commentait le discours de Bill Clinton, qui racontait une histoire intime avec son épouse. « À mon avis, le fossé entre les deux parties, dans la philosophie et les perspectives, est immense. Et nous devons garder à l’esprit ce gouffre alors que nous nous préparons à voter. » 

 

À fond, Anne, à fond...