En vacances, le président Obama lit (beaucoup)

Julie Torterolo - 14.08.2015

Edition - International - Barack Obama - vacances - livres


Pas de repos cérébral pour Barack Obama. Pendant ses deux semaines de vacances sur l'île de Martha's Vineyard (sur la côte Est, dans l'État du Massachusetts), le président des États-Unis compte bien lire. Et il ne fait pas les choses à moitié : six livres l’accompagneront. 

 

Barack Obama: We've got his back

Charis Tsevis, CC BY-NC-ND 2.0

 

 

Entre fictions, biographie et sujets de société, tout y passe. La liste, tant attendue, des livres d’été de Barack Obama a été rendue publique hier. Pourtant réputé pour son amour du golf, le président délaissera ses clubs pour des sujets beaucoup plus sérieux. 

 

Sans trop d’étonnements, Barack Obama analysera, s’il ne la connaît pas déjà, toute la carrière et la vie de George Washington. Son choix s’est tourné vers la biographie de Ron Chernow, publiée en 2010 aux États-Unis. 

 

Deux de ses sujets politiques de prédilection font également partie de ses lectures.

 

La cause raciale dans un premier temps avec Between The World and Me de Ta-Nehisi Coates, sorti le 14 juillet dernier aux États-Unis. Élu « meilleur livre Amazon » de juillet 2015, le livre décrit, du point de vue de son auteur, les sentiments, le symbolisme, et les réalités des Noirs en Amérique. Certains libraires le vendaient même à prix coûtant à leurs clients...

 

Le changement climatique, ensuite. Le président lira en effet La 6e extinction : comment l'homme détruit la vie d’Elizabeth Kolbert, traduit en français par Marcel Blanc (Vuibert, 2015). Dans son ouvrage, Elizabeth Kolbert expose son enquête sur l'évolution de la vie terrestre, en remontant aux découvertes de Cuvier et Darwin, et le péril imminent qui la guette. Il a par ailleurs reçu le prix Pulitzer 2015 dans la catégorie essai.

 

Pour un peu plus de légèreté, M. Obama a troqué sujets politiques pour des fictions contemporaines. Le président découvrira la romance de James Salter, Et rien d’autre, traduit en France par Marc Amfreville (Édition De L’Olivier, 2014).

 

Toute la lumière que nous ne pouvons voir de Anthony Doerr, traduit par Valérie Malfroy (Albin Michel, 2015) fera également parti de ses valises. L’ouvrage, racontant le destin croisé de deux enfants, une Française et un Allemand, pendant la Seconde Guerre mondiale, a reçu le prix Pulitzer de cette année, dans la catégorie roman cette fois-ci.

 

Enfin, Barack Obama a choisi une histoire familiale avec Longues distances de Jhumpa Lahiri (trad. Annick Le Goyat, Robert Laffont, 2015).

 

(via Abc news)


Pour approfondir

Editeur : Albin Michel
Genre : littÉrature...
Total pages :
Traducteur : valérie malfoy
ISBN : 9782226317186

Toute la lumière que nous ne pouvons voir

de Doerr Anthony

Marie-Laure Leblanc vit avec son père près du Muséum d'histoire naturelle de Paris où il travaille. A six ans, la petite fille devient aveugle, et son père crée alors pour elle une maquette reconstituant fidèlement leur quartier pour l'aider à s'orienter et à se déplacer. Six ans plus tard, l'Occupation nazie les pousse à trouver refuge à Saint-Malo chez l'oncle du père de Marie-Laure, un excentrique profondément marqué par son expérience de la Première Guerre mondiale, qui vit reclus dans sa maison en bord de mer.

J'achète ce livre grand format à 23.49 €