Occupons Wall Street... le mouvement de révolte anti-spéculation

Clément Solym - 03.10.2011

Edition - Société - liberalisme - manifester - occupon


Le mouvement s'est généralisé, et si 700 personnes ont été interpellées hier à New York, suite à la manifestation, le mouvement Occupons Wall Street, a définitivement pris son envol.

C'est à la croisée de l'influence de Stéphane Hessel et du printemps arabe que se sont retrouvés ces Américains, décidés à faire valoir qu'ils représentaient la plus grande partie de la population, bien que la moins puissante économiquement. Mais cela va changer.

Pour une personne arrêtée, deux autres prennent sa place, assure-t-on dans les rangs. Un mouvement pacifique de contestation, contre l'ultralibéralisme et l'ultraspéculation boursière, qui s'est accompagné d'un petit frère...


 
Si les manifestants d'Occupy Wall Street se battent contre la politique économique, ceux d'Occupy Wall Street Library offrent une pause livresque pour tous ceux qui se sont mobilisés au cours de ces journées de manifestation.

L'occasion aussi de rappeler les dangers actuellement encourus par les établissements publics, les coupures de budget et les restrictions de personnels, qui frappent depuis des mois.

Ils sont plusieurs bénévoles à avoir ainsi grossi les rangs, tous motivés par un impératif : maintenir la bibliothèque ouverte pour tous. Un blog a également été créé pour signaler le mouvement et donner un lieu de ralliement sur le net à ceux qui souhaitent se joindre à eux, sur Occupy Wall Street Library.



Pourtant, tout a commencé avec quelques manifestants qui sont arrivés pour protester, en proposant de découvrir des livres. Des ouvrages pour découvrir des principes économiques, ou des aspects sociaux, et ainsi de suite. On y retrouve même de la poésie...

Les dons sont évidemment les bienvenus, bien qu'ils occasionnent un peu de travail supplémentaire, puisqu'il faut s'occuper des livres, et s'assurer qu'en cas de pluie, ils ne soient pas endommagés... Au menu, sur les étals, Karl Marx, Noam Chomsky, Howard Zinn, et quelques autres...

via Book Patrol

Voir l'article du New Yorker