medias

'On perçoit toute l'importance du marché numérique' (Gallimard)

Clément Solym - 17.03.2011

Edition - Société - gallimard - salon - livre


L’inauguration du Salon du livre de Paris débute dans quelques minutes et une première conférence de presse - une grande première - été organisée, au cours de laquelle le président du Syndicat national de l’édition, Antoine Gallimard, a établi un point sur différents sujets. Auteurs, BnF, éditeurs, numérique... Rien que du très commun actuellement...

Il s’agissait de faire tout d’abord un tour d’horizon sur « l’importance d’un dialogue nourri » entre les différents acteurs concernés. La loi Lang, critiquée voilà quelques années, est cette année le saint patron de cette édition, puisqu’elle fête ses trente ans, un an après ceux du Salon du livre l’an passé.


A. Gallimard, aux côtés de Teresa Cremisi, de Flammarion

Revenant sur la visite des cowboys de Bruxelles, Antoine Gallimard souligne qu’avec ces 110 inspecteurs venus de la CE, « on perçoit mieux toute l’importance du marché du livre numérique ». D’aucuns considéreront qu’il est assez sidérant d’avoir besoin des inspecteurs venus enquêter sur une possible entente illégale sur le prix des livres numériques, pour comprendre l’importance de ce marché, mais soit.

L’année 2010, pour l’ebook, c’est 1,5 % des ventes, mais principalement dans le secteur juridique. Pour la littérature générale, on tombe à 0,5 %... Enchaînant un plaidoyer contre le « libéralisme à tout-va », le président dément également que d’autres pays que la France aient été visés par la descente. « Aujourd’hui, le marché représente 40.000 titres, mais il reste naissant, et nécessite des investissements, de la formation des personnes, tout cela est très coûteux, mais nous avons pu pour ce faire, profiter des aides du CNL accordées sans distinction. »

Alors, évidemment, d’une part l’intervention des cowboys de la CE a accéléré l’idée qu’il était nécessaire et urgent de mettre en place une loi. « Nous sommes entre nous... Je vous assure qu’il n’y a pas d’entente. Nous sommes concurrents, confrères, mais concurrents. »

Sur l’enjeu de la TVA réduite, il reviendra à Jacques Toubon de convaincre l’Europe. Et de la même manière que ce dernier avait souhaité un bon courage à Antoine Gallimard lors de son investiture, de même, c’est au tour du président du SNE de souhaiter au chevalier blanc, un bon courage... « La Communauté Européenne continue de considérer que le livre, en numérique, est un service, pas un bien culturel. »

Et pour ce qui est du dossier auteurs éditeurs... Antoine : « Aujourd’hui, la relation entre les auteurs et les éditeurs est avant tout basée sur la confiance. Sinon, il faut faire autre chose. » Là encore, on n’osera pas pointer que plusieurs auteurs se sont, sur la question numérique, décidés à faire autre chose... Si le SNE est déçu que les négociations soient arrêtées, il espère qu’elles pourront reprendre, évidemment, pour le bien de tous.

Pour cette édition 2011, on s'attend à une fréquentation de 180 à 200.000 personnes, du fait du temps réduit d'ouverture au public.



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.