Onfray et Valls : règlement de comptes sur la libéralisation de la gauche

Cécile Mazin - 09.03.2015

Edition - Société - Michel Onfray - Manuel Valls clash - crétin insulte familier


L'un est Premier ministre, parti en conquête électorale pour sauver le Parti socialiste à l'occasion des prochaines élections. L'autre est philosophe, et s'est fait appeler Jules par le premier. Autrement dit, entre Manuel Valls et Michel Onfray, c'est le clash par médias interposés. 

 

 

IMG_4322

Manuel Valls en 2009 (Fondapol - Fondation pour l'innovation politique, CC BY-SA 2.0)

 

 

Manuel Valls est en effet assez remonté contre le philosophe, qui vient de bien lui rendre, au micro d'Europe 1. « Je ne lui réponds rien du tout parce qu'il n'a rien lu du tout », scande le philosophe, particulièrement énervé. À l'origine de leur différent, des propos prêtés au philosophe, mais qui ont été mal compris.

 

« J'ai dit que je préférais une idée juste d'Alain de Benoist à une idée fausse de Bernard-Henri Lévy, et que si l'idée était juste chez Bernard-Henri Lévy et fausse chez Alain de Benoist, je préférerais l'idée juste de Bernard-Henri Lévy. Donc, je n'ai jamais dit que je préférais Alain de Benoist à Bernard-Henri Lévy », poursuit Onfray. 

 

Un philosophe, face à un homme politique, est-il possible de trouver un terrain d'entente ? La distinction droite-gauche n'est aujourd'hui pas au cœur de la réflexion de Onfray. Et le skud part directement : « J'ai l'impression que Manuel Valls pense le contraire, c'est-à-dire qu'il préfère une idée fausse, pourvu qu'elle soit de gauche, à une idée juste si elle de droite. »

 

Conclusion : « J'ai vérifié dans le dictionnaire, ça s'appelle un crétin. Ce n'est pas insultant, c'est familier », autrement dit, « d'un personnage qui vous fait tenir des propos que vous n'avez pas tenus, et qui se contente de lire les petites fiches ». Et Onfray d'asséner que la gauche, ce n'est pas une conversion au libéralisme, ni un gouvernement avec une politique de droite. 

 

 


Onfray : "Manuel Valls est un crétin" par Europe1fr