Grève chez Fnac : les employés réclament l'intervention d'Alexandre Bompard

Nicolas Gary - 08.09.2015

Edition - Librairies - Alexandre Bompard - Fnac filiale - grève manifestation


« Le site est totalement bloqué », nous explique un membre du collectif, « et la séance du CE connaît de multiples suspensions. À l’intérieur, la direction est venue avec un huissier de justice. Il n’y a pas de séquestration, mais les salariés sont clairs : personne ne partira tant que nous n’aurons pas obtenu de réponses ».

 

 

 

La grève n’est donc pas simplement de retour â la SFL, sur les deux sites [la rue Rottembourg, dans le XIIe, et à Saint-Denis, NdR]. « Aujourd’hui, la direction a insisté pour écouter l’avis des salariés, mais elle ne s’en préoccupe pas : en dépit de l’avis du Comité d’hygiène, ils maintiennent que le projet est viable. Ils venaient obtenir l’avis consultatif du CE, mais entre-temps, des éléments ont été modifiés. Nous refusons de valider ou de nous exprimer dans ces conditions. »

 

Et d’ajouter : « La direction de la Fnac sera responsable de cette escalade et de cet enlisement par manque d’écoute et son intransigeance sur un projet qui mènent tous les salariés vers Pôle emploi. »

 

Au cours de la journée, « tout le monde a maintenu la pression », reconnaît-on, contre « un projet mal ficelé ». Les camions qui se présentaient ont été refusés et réexpédiés avec leurs cargaisons. « Nous réclamons le retrait pur et simple du projet de déménagement. Devant cette grande solidarité qui s’exprime, il faudra que la direction nous entende. »

 

 

 

Et si le déménagement devait se faire malgré tout, les salariés demandent que les recommandations du CHSCT soient observées, que ce soit pour l’aménagement d’un possible travail à distance, ou encore sur la flexibilité des horaires de travail. 

 

« Les salariés exigent en salle de réunion la présence d’un haut responsable Fnac pour prendre les décisions, que ce soit la DRH de Fnac ou Alexandre Bompard [le PDG, NdR]. Tout simplement parce que Mr Prévoteau [PDG de la SFL, NdR] est incapable de prendre des décisions. »

 

 

 

Mise à jour 17h50 : 

Les salariés ont quitté les lieux vers 17 h 45, selon nos informations, mais le blocage du site se poursuivra sur la journée de demain. Le tout en attendant le rendez-vous prévu avec des responsables FNAC. Une délégation du personnel gréviste sera reçue.

 

De son côté, la Fnac rappelle que ce déménagement « vise à réduire les dépenses et les coûts de la SFL, notamment par une adaptation des locaux, tant dans leur modernité que l’espace alloué ». Le projet de déménagement, qui avait été dénoncé début juillet par les salariés, alors que l’enseigne ne souhaitait pas confirmer ce départ.

 

« Nous n’avons plus d’activité de grossiste, avec les deux clients qui nous restent, et la centrale d’achat rencontre de réelles difficultés. Pour les commandes publiques, la concurrence est devenue très sévère. Maintenant, on nous donne l’impression que l’on va profiter des vacances pour liquider ce qui pourra l’être, rapidement », expliquait le collectif de salariés à ActuaLitté.

 

Toute la procédure a été respectée, notamment dans les obligations vis-à-vis des employés « mais ce départ est compliqué, et sensible. Notre volonté est de poursuivre le dialogue, pour arriver au bout de cette procédure. Il s’agit de conditions indispensables pour assurer la survie de la SFL. Mais les responsables des RH souhaitent impérativement poursuivre le dialogue ».