Orgueil et Préjugés : Fitzwilliam Darcy, enfin identifié ?

Clément Solym - 30.04.2015

Edition - Les maisons - Jane Austen - Fitzwilliam Darcy - histoire littérature


La réalité aurait-elle une nouvelle fois pris place dans la fiction, elle que l'on pensait sagement cantonnée au poste de réservoir à situations cocasses ? Une historienne britannique pense avoir mis la main sur l'homme qui a inspiré Jane Austen, pour le personnage de Mr Darcy, dans Orgueil et préjugés. La Dr Susan Law en est même convaincue.

 

 

Austen-ites

Stephanie Jones CC BY NC SA 2.0

 

 

Le premier comte de Morley, un certain John Parker, marié à une amie de la romancière, a-t-il servi à dépeindre l'aristocratique Mr Fitzwilliam Darcy ? Bien entendu, Susan Law n'en est « pas à 100 % certaine », mais elle a des théories, et des faisceaux de preuves à exposer à qui voudra bien l'écouter. Or, pour ce faire, elle a fait paraître un livre, dans lequel elle raconte ses recherches dans un livre, Through the Keyhole : Sex, Scandal and the Secret Life of the Country House, paru chez The History Press.

 

La première chose est que Jane a passé dans la maison du comte, Saltram House à Plymouth, à la période où elle écrivait justement son roman. L'autre est que la seconde épouse du comte, nommée Francis, était une amie proche de Jane. Et puis, les descriptions physiques de Darcy coïncident plutôt étrangement avec la présentation du comte. 

 

Là, les preuves concrètes sont plus complexes à avancer, mais elle pense détenir la bonne piste. 

 

C'est que l'identité de Darcy a été discutée une fois et une autre en Angleterre, tout le monde cherchant qui avait bien pu prêter vie à ce personnage. « Il est clair que Jane Austen avait des liens très étroits avec la famille – elle avait fait parvenir l'une des premières éditions de Emma quand il n'en existait que 12 exemplaires imprimés », ajoute l'historienne. 

 

« Le frère de Jane Austen, Henry, était aussi un ami d'université du comte de Morley », un nouvel élément à porter au dossier. « Cela peut être très frustrant, comme d'essayer de reconstituer un puzzle », indique cependant l'historienne. Sauf que dans ses recherches, elle a acquis la conviction que dans les différents romans de Jane Austen, on retrouvait des éléments qui étaient directement basés sur le comte de Morley et sa propre famille. 

 

Ainsi, avant de rencontrer son épouse, Francis, le comte avait été impliqué dans un scandale sexuel, qui l'avait conduit à divorcer de sa première épouse. Un complot que l'on pourrait imager propice à donner vie au livre publié en 1814, Mansfield Park. « Il y eut une frénésie médiatique à l'époque. Cet adultère originel est généralement considéré comme étant à l'origine de l'intrigue du roman », pointe l'historienne. Une intrigue qui repose évidemment sur un adultère... (via Telegraph)