Orhan Pamuk accuse l'Europe d'avoir “les mains liées” par la Turquie

Camille Cornu - 01.02.2016

Edition - International - Orhan Pamuk - europe turquie


Orhan Pamuk est connu pour avoir reçu le Prix Nobel de littérature en 2006, devenant ainsi le premier turc à recevoir la distinction. Mais il prend également régulièrement la parole pour dénoncer le gouvernement turc, comme en octobre dernier. Dimanche, il accusait l'Europe de complaisance envers la Turquie, dont l'aide est requise contre l'État Islamique comme pour la crise des migrants

 

Orhan Pamuk in Rustaveli Theatre, Tbilisi, Georgia, 2014.jpg

Orhan Pamuk en 2014 (Maka Gogaladze, CC BY SA-2.0)

 

 

Dans un entretien paru dimanche dans le journal Hürriyet, Orhan Pamuk a accusé l'Europe de complaisance à l'égard du gouvernement turc : 

 

« Ils [les Européens] ont oublié toutes leurs valeurs. Ils nous regardent comme ils regardaient l'Arabie saoudite autrefois : s'ils [les Turcs] font ce que nous voulons, peu importe ce qu'ils font chez eux »

 

Selon le Prix Nobel 2006, l'Europe ne peut pas se passer de la Turquie pour résoudre la crise des migrants. Ankara et Bruxelles ont signé fin novembre un accord qui promet une aide européenne de 3 milliards d'euros au gouvernement turc en échange de leur engagement à mieux contrôler leurs frontières. Alors que l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne était rejetée en raison notamment du manque de respect des droits de l'Homme, Bruxelles vient d'accepter de rouvrir le dossier. 

 

Selon Pamuk, le combat contre le groupe État Islamique et la crise des migrants « a lié les mains de l'Europe ».

 

Deux journalistes emprisonnés en Turquie

 

« Je suis du genre à dire “parlons uniquement de littérature”, mais ce n'est plus possible. On ne peut pas s'asseoir et écrire son roman quand Can Dündar est en prison. » 

 

Le gouvernement Islamo-conservateur du président Erdogan est accusé de vouloir faire taire toute voix critique, en contrôlant les médias. Les journalistes Can Dündar et Erdem Gül ont été condamnés mercredi à la prison à vie pour avoir publié un article accusant le régime d'avoir livré des armes aux islamistes syriens. Depuis août dernier, Can Dündar était menacé par Erdogan pour avoir révélé que les camions des services secrets turcs transportaient des armes destinées aux jihadistes de Syrie. 

 

Dündar, qui avait rédigé une thèse de doctorat sur les relations entre médias et terrorisme, dirigeait le quotidien de centre gauche Cumhuriyet, dont la ligne est très critique envers le gouvernement. 

 

Après avoir été emprisonnés, les deux journalistes avaient publié une lettre ouverte dans Libération, appelant François Hollande, qui s'apprêtait alors à rencontrer le gouvernement d'Ankara, à trouver une solution à la crise des migrants « sans sacrifier les droits de l'homme ».

 

Le prochain roman de Orhan Pamuk, La femme aux cheveux rouges, paraîtra demain à Istanbul.

 


Pour approfondir

Editeur : Gallimard
Genre : litterature...
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782070448326

Le musée de l'innocence

de Orhan Pamuk (Auteur) Valérie Gay-Aksoy(Traducteur)

Kemal, un jeune homme d'une trentaine d'années, est promis à Sibel, issue comme lui de la bonne bourgeoisie stambouliote, quand il rencontre Füsun, une parente éloignée et plutôt pauvre. Il tombe fou amoureux de la jeune fille, et sous prétexte de lui donner des cours de mathématiques, la retrouve tous les jours dans l'appartement vide de sa mère. En même temps, il est incapable de renoncer à sa liaison avec Sibel.

J'achète ce livre grand format à 11 €