Orhan Pamuk fustige l'article 301 et la censure d'internet en Turquie

Clément Solym - 15.10.2008

Edition - Société - Orhan - Pamuk - Turquie


On savait que la Foire de Francfort allait être forte en émotion, et la première intervention du prix Nobel de littérature Orhan Pamuk vient de frapper fort contre la Turquie, invitée d'honneur.

Déplorant les difficultés encore rencontrées par les écrivains dans le pays, Orhan constate : « Le penchant de l'État turc pour l'interdiction de livre et la sanction des auteurs continue malheureusement. » Et l'auteur de revenir sur l'article 301 du Code pénal qui interdit toute insulte contre l'identité turque, sous peine de représailles judiciaires immédiates.

« Mais personne ne devrait envisager que les auteurs et les éditeurs se décourageant » a-t-il voulu assurer. Pourtant, la censure qui sévit dans le pays et qui s'est toujours appuyée sur l'article 301 exerce une continuelle pression sur les journalistes et les écrivains, qui sont alors traînés en justice et condamnés, comme ce fut son cas.

« Certains ont même été tués. Moi je suis vivant et je suis prêt à faire ce discours d'ouverture », lance Orhan. Et dénonçant encore la politique répressive, il cite l'exemple de YouTube « et d'autres sites turcs qui sont interdits d'accès dans le pays pour des raisons politiques ».

L'ensemble de la presse présente n'a pas manqué de noter que le président Abdullah Gül a applaudi l'écrivain, à la fin du discours... Si ce dernier a reconnu que tous les critères européens n'étaient pas encore remplis par son pays, il estime qu'une grande part des exigences en matière de liberté d'expression a été respectée.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.