Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Orphée, Eurydice et Kierkegaard dans le dernier album d'Arcade Fire

Antoine Oury - 07.11.2013

Edition - International - Arcade Fire - Reflektor - Orphée et Eurydice


Le groupe de rock indépendant a fait son retour avec un quatrième album surprenant et encore un peu plus dansant qu'à l'accoutumée. Placé sous l'égide d'Orphée et Eurydice, Reflektor a également été influencé par le philosophe danois Søren Kierkegaard, comme l'explique le leader du groupe Will Butler.

 


Arcade Fire

Arcade Fire en concert à Manchester, le 11 décembre 2010 (Man Alive!, CC BY 2.0)

 

 

 On ne présente plus Orphée et Eurydice : le premier, fils du roi de Thrace Œagre et de la muse Calliope, a épousé Orphée, mais le mariage fut quelque peu gâché par une vipère qui tua la promise d'une morsure au pied. Fin musicien, Orphée parvint à endormir Cerbère, garde des Enfers, pour descendre chercher Eurydice.

 

Face à Hadès, il parvient une nouvelle fois à user des charmes mélodiques, et à retrouver sa dulcinée. Le Roi des Enfers l'engage alors à ne pas se retourner sur le chemin du retour, du moins pas avant d'être sorti des limbes. Malheureusement, Orphée ne résistera pas : soit parce qu'il était trop impatient de la revoir, soit parce qu'il n'entendait plus le bruit de ses pas, il se retourna, et Eurydice disparût définitivement. La tragique histoire est contée par Ovide, dans ses Métamorphoses :

« Orphée […] la reçoit sous cette condition, qu'il ne tournera pas ses regards en arrière jusqu'à ce qu'il soit sorti des vallées de l'Averne ; sinon, cette faveur sera rendue vaine. […] Ils n'étaient plus éloignés, la limite franchie, de fouler la surface de la terre ; Orphée, tremblant qu'Eurydice ne disparût et avide de la contempler, tourna, entraîné par l'amour, les yeux vers elle ; aussitôt elle recula, et la malheureuse, tendant les bras, s'efforçant d'être retenue par lui, de le retenir, ne saisit que l'air inconsistant. » (source : Wikipédia)

Sur Reflektor, la référence apparaît dans deux chansons jumelles, Awful Sound (Oh Eurydice) et It's Never Over (Oh Orpheus). La pochette affiche également la célèbre sculpture de Rodin.

 

 

Awful Sound (Oh Eurydice) by Arcade Fire on Grooveshark','hspace':null,'vspace':null,'align':null,'bgcolor':null}">

 

 

Auprès de Rolling Stone, Will Butler, chanteur et guitariste du groupe, a également évoqué Søren Kierkegaard, et son essai The Present Age, fruit d'une conférence effectuée en 1846 par le philosophe. « Il compare simplement l'âge réflexif à l'âge des passions. Par exemple, imaginons une pièce d'or sur une fine couche de glace : à un âge des passions, tout le monde va l'encourager, « Vas-y, tu peux le faire ! » À un âge plus avancé, on vous dira simplement : « Quel idiot ! Je ne peux pas croire que tu puisses tenter et risquer quelque chose à faire ça. » Cela a évoqué notre propre situation - simplement tenter de nouvelles choses plutôt que d'en parler. »

 

Malgré les sources d'inspiration, tout cela est bel et bien très enthousiaste...