Orsenna : ouvrir les bibliothèques et réunir les territoires “par le réel et le rêve”

Clément Solym - 07.07.2017

Edition - Bibliothèques - Emmanuel Macron Versailles - La Fontaine Erik Orsenna - fables contes La Fontaine


Il sera l’ambassadeur et le défenseur de la lecture durant le quinquennat d’Emmanuel Macron, mais également le pèlerin qui marchera de bibliothèque en bibliothèque. Erik Orsenna, qui nous invite cet été – et à la rentrée – à redécouvrir le La Fontaine des contes, était ce matin invité de France Inter. 

 


 

 

Vantant les mérites à l’antenne de l’apprentissage « par cœur » des fables, Orsenna s’enflamme : « C’est très beau, ce mot, “par cœur”. Ça rentre dans le cœur, on les retrouve sans arrêt, on a en soi cette musique, cette cadence, qui est celle de notre génie propre. Qui vient de très loin, puisque, le principal inspirateur de La Fontaine, c’est Ésope. »

 

L’antique fabuliste habitait l’ouest de la Turquie, et l’Académicien s’emballe : « On a un génie typiquement français [La Fontaine, NdR] qui vient de la Turquie. C’est quand même une leçon qui, moi, m’intéresse. » Chafouin et pétillant, éternel Érik Orsenna – en plus d’être un immortel depuis désormais quelques années.
 


Mais par-delà les saillies littéraires, c’est le rôle d’ambassadeur de la lecture qui intéresse. Ayant refusé le ministère de la Culture à tous les derniers présidents qui l’ont sollicité, Orsenna souligne : « Françoise Nyssen est bien meilleure que moi ! »

 

C’est d’ailleurs elle qui l’a mandaté pour porter la bonne parole de l’ouverture des bibliothèques avec une plus grande amplitude horaire. Sa tâche n’est pas dans l’opérationnel, plutôt dans le travail de persuasion.
 

Plutôt Fourmi que Cigale, Erik Orsenna assure qu’il se rendra partout « en métropole et en outremer, essayer d’ouvrir, parce que la lecture, c’est la vie ». Ouvrir les établissements plus tard, avec la perspective d’en faire « des lieux de vie. La bibliothèque... si vous êtes juste dans les rayonnages, allez chez Amazon. Vous n’avez pas besoin de rayonnage, vous avez besoin d’êtres humains. La lecture, c’est le passage d’un être humain à un autre être humain. Donc la lecture soigne la vie. C’est cela, l’enjeu. »

Petite nuance, Amazon vend avant tout des livres, son service de prêt numérique gratuit n'est qu'une prestation secondaire – et encore, pas tout à fait gratuite. Mais on comprend l'idée.

 

Car l'ambassadeur est bien passionné par le travail de retissage des territoires qui « aujourd’hui se déchirent. On retisse par le réel, et aussi par le rêve ».  

 


Prochainement, le ministère de l’Éducation nationale offrira à 150.000 élèves les fables de La Fontaine, alors qu’Erik Orsenna se fait fort d’offrir les contes, plus coquins, du fabuliste. Et si Emmanuel Macron l’a consacré ambassadeur, son ambassadeur le lui rend bien : « Il aimait les livres. Un président qui aime les livres, cela fait du bien. »

 

On peut retrouver l’intégralité de l’interview ci-dessous : 

 



(à paraître 16/08) Erik Orsenna – La Fontaine Une école buissonnière – Editions Stock – 9782234082489 – 17€