Oscar Wilde : de l'importance d'avoir du succès aux enchères

Clément Solym - 24.04.2012

Edition - Economie - Oscar Wilde - Constant - enchères


L'importance d'être Constant (The Importance of Being Earnest) est l'un des textes les plus drôles d'Oscar Wilde. Et c'est à l'occasion d'une vente aux enchères que le livre a retrouvé une poignante actualité. Une édition avec couverture en peau, datée de 1899 (première édition) vient d'être emportée pour 362.500 $ CA.

 

C'est un an avant la mort d'Oscar Wilde, à l'âge de 46 ans, que le livre fut publié, en 12 exemplaires, papier vélin japonais. Celui qui a été vendu contenait une note manuscrite de Wilde pour Robert Ross, amant et ami de longue date. 

"To the Mirror of Perfect Friendship, Robbie: whose name I have written on the portal of this little play. Oscar. Feb '99."

 

Un livre qui était au coeur de la vente organisée par la maison Sotheby's, et tiré de la bibliothèque de Jacques Levy, collectionneur fameux du XXe siècle. Surtout que l'enchère était estimée entre 80 et 120.000 $ CA. 

 

 

 

Ross était le fils d'un avocat et homme d'affaires de Toronto, John Ross, petit-fils d'un politicien et législateur du XIXe siècle, Robert Baldwin. Il n'avait que 14 ans lorsque Wilde le rencontra en 1886, à Oxford - et une relation s'instaura rapidement entre les deux hommes. 

 

Or, même au plus tragique du procès et des calomnies auxquels Wilde dut faire face, Ross se révéla un soutien fidèle, qui par la suite devint exécuteur testamentaire de l'héritage littéraire de Wilde. Il veilla à ce que ses textes soient mondialement plus connus encore. « Ross a certainement été le meilleur ami que Wilde ait jamais eu. Il fut à ses côtés à travers toutes les difficultés », explique Justin Caldwell, spécialiste Livers de la maison Southeby.

 

À l'occasion d'une confidence donnée à un biographe, Ross confia que son soutien indéfectible à Wilde provient de ce qu'il a toujours gagné de Wilde des expériences fantastiques. « Alors qu'ils ont cessé d'être amants assez rapidement, il n'y eut pas de rupture dans leur affection », poursuit le catalogue de vente. Ce sentiment de responsabilité entretenu par Ross s'est alors propagé au fil du temps, dans tout ce qu'il put faire pour valoriser les textes de son ami. 

 

Mort en 1918, ses cendres ont rejoint Wilde dans sa tombe, à Paris.