Ouverture dominicale : FNAC veut 'libérer les énergies' (Bompard)

Cécile Mazin - 30.10.2013

Edition - Economie - Alexandre Bompard - Fnac - ouverture dominicale


Alors que la guerre est déclarée entre les boutiques offrant leurs services aux bricoleurs du dimanche, le PDG de la FNAC, Alexandre Bompard vient probablement de l'ouvrir dans le monde de la librairie. Dans un entretien accordé à BFM TV, ce dernier assure qu'il est favorable à l'ouverture dominicale de ses magasins.

 

 

Alexandre Bompard, PDG de la Fnac, au Prix du Roman Fnac 2013

Alexandre Bompard

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

L'idée n'est pas non plus d'ouvrir n'importe comment : cibler les lieux qui présentent une réelle demande forte, pour sélectionner, parmi les 110 boutiques, celles qui le nécessitent. Et d'évoquer un besoin de « libérer les énergies », en la matière, sachant que son enseigne est actuellement sur une pente savonneuse depuis trois ans. 

 

Depuis mardi, la Justice a permis aux magasins des chaînes Leroy Merlin et Castorama de rouvrir leurs boutiques, dans la région francilienne. Or, pour le PDG de FNAC, il faut mettre un terme à un ensemble de règles qui se contredisent, selon les juridictions. D'ailleurs, 80 % des clients souhaiteraient profiter de magasins culturels ouverts durant cette journée.

 

Et les organisations syndicales ont, avec la chaîne, des accords unanimes. Mais surtout, face à la concurrence d'internet, il rappelle qu'Amazon ne cesse pas son activité entre le samedi soir et le lundi matin. Le développement des magasins de proximité est également une des approches importantes pour le groupe. « Nous en avons ouvert une vingtaine dans les gares et les aéroports et ça marche très bien. Je suis convaincu qu'il faut développer la proximité, c'est fini le temps où l'on faisait 45 minutes de voiture pour aller à la FNAC. »

 

D'ailleurs, sur la question numérique, FNAC est toujours en accord avec Kobo, le Canadien, et cette offre n'aurait pas du tout à rougir de la concurrence d'Amazon. « La France est le seul pays ou Amazon n'est pas en situation hégémonique sur le livre électronique », explique-t-il.