medias

Ouvrir les bibliothèques ne prime pas sur “la nécessité de préserver des vies”

Auteur invité - 26.03.2020

Edition - Bibliothèques - bibliotheques belgique francophone - bibliotheques ouverture coronavirus - coronavirus livres


La Belgique francophone s'interroge, depuis le début de la semaine, alors que des injonctions contradictoires ont été diffusées : en période de confinement, le service public des bibliothèques doit être poursuivi, impliquant un service minimum et la possibilité d'emprunter des ouvrages à l'aide d'un système de retrait. L'Association des Professionnels des Bibliothèques Francophones de Belgique (APBFB) s'élève contre un tel fonctionnement, expliquant qu'il ne peut pas garantir la sécurité des personnels et des usagers.

Médiathèque Les 7 lieux, Bayeux
(photo d'illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
 

Le 21 mars dernier, une circulaire informative signée par Bénédicte Linard, ministre de la Culture de la Communauté française, indiquait que les bibliothèques devaient rester ouvertes, « uniquement comme point de retrait de livres et dans le respect des mesures de distanciation sociale ».

L'Association des Professionnels des Bibliothèques Francophones de Belgique estime que le maintien d'un tel service ne permet pas d'assurer la sécurité des personnels ni des usagers. Nous reproduisons ci-dessous le communiqué de l'association, en intégralité.
 

La poursuite de certains services ne peut s’effectuer au détriment de la santé publique !


Depuis ce 20 mars, la nouvelle circulaire de la ministre Linard suivant les décisions du CNS remet en question la fermeture des bibliothèques ordonnées quelques jours plus tôt.

Il importe au passage de préciser que les associations représentatives du secteur n’ont pas été consultées, concernant tant l’arrêté du 13 mars 2020 que la circulaire du 21 mars 2020.

Cette décision d’ouverture, quelles qu’en soient les modalités (« take away », portage ou autres), est difficile à exécuter dans le respect des règles diffusées par les autorités tant publiques que scientifiques et médicales en matière de distance physique, mais aussi de risques de contamination par les objets. Elle revient à faire courir de graves dangers au public comme au personnel. La plupart des équipes sont en nombre réduit (malades, personnes à risque…) et il est insensé de faire venir certains par les transports en commun. De plus, elles ne disposent pas de réels moyens d’assurer la sécurité sanitaire de tous.

L’APBFB appelle les autorités décisionnaires — et singulièrement les pouvoirs organisateurs communaux, provinciaux et de droit privé — à appliquer une règle simple : le véritable héroïsme est de rester chez soi et de limiter ses déplacements au strict nécessaire.

Par ailleurs, depuis le début de cette crise sanitaire, les bibliothèques publiques ont mis en place énormément d’initiatives : contes en ligne, suggestion d’audiolivres et de livres numériques gratuits, accompagnement dans les inscriptions sur Lirtuel, contacts permanents via les réseaux sociaux et newsletters… L’APBFB souligne tout le travail qui continue d’être mené quotidiennement pour servir les usagers et maintenir un contact avec eux.

Si tout le secteur se voit flatté d’être considéré comme un service indispensable à la population, il doit momentanément s’incliner devant des intérêts supérieurs comme la nécessité de préserver des vies.

La circulaire ministérielle nous rappelle qu’« il est important que nous soyons solidaires, responsables et cohérents pour la lutte contre le Coronavirus ». Aujourd’hui, le secteur se montre effectivement tel et plaide pour le maintien de la fermeture totale des lieux. L’APBFB soutient pleinement cette attitude.
 
Enfin, cette solidarité s’est exprimée ces dernières heures par des échanges massifs de courriels sur le mode du « répondre à tous ». Le secteur étant quasi unanime, il est désormais superflu de poursuivre ce forum généralisé qui encombre les boites mails et surtout la bande passante nécessaire à d’autres échanges en ces temps troublés. Rien n’empêche, bien sûr, les encouragements et échanges de bonnes pratiques, mais pas systématiquement à 190 !

Confinons-nous et aidons nos usagers à ne pas être tentés de sortir pour du non-nécessaire !


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.