Ouvrir une librairie spécialisée romance, symbole d'un renouveau ?

Camille Cornu - 23.10.2015

Edition - Librairies - librairie romance - littérature genre


Leah et Bea Koch, deux soeurs américaines, ont lancé un projet de librairie spécialisé en romance. Sur Kickstarter, elles espérent réunir 90.000 $ afin d'ouvrir The Ripped Bodice, leur librairie qui ouvrirait alors à Los Angeles en 2016. Et c'est évidemment avec une solution de financement participatif qu'elles entendent trouver les fonds nécessaires à cette ouverture.

 

Chez Pitch, CC BY 2.0

 

 

L'investissement devrait de toute façon vite être rentabilisé, vu les chiffres générés par ce type de livres. Cependant, sur les 1,438 milliards générés par les romances l'année dernière aux Etats-Unis, 610 millions se concentrent sur une seule auteure : Danielle Steel. L'ouverture d'une librairie pourrait donc ouvrir à la diversité du genre – en respectant la logique des best-sellers, de toute manière. Cela fait partie du projet des deux soeurs, comme elles l'ont confié au dailydot

 

"Ce qu'il y a de mieux avec une librairire spécialisée dans la romance est la diversité des livres du genre dont nous nous nous occuperons. La section romance dans une librairie généraliste est organisée alphabétiquement, mais nous nous organiserons par sous-genre. Nous pourrons vous diriger spécifiquement vers la section de sorcières/paranormal ou celle des cowboys modernes. Nous aurons évidemment une section romances à suspens (c'est le sous-genre le plus vendeur !) et une bonne sélection érotique".  Bea et Leah Koch

 

 

Si les deux sœurs ne savent pas l’expliquer, le fait qu’aucune librairie ne soit spécialisée dans un des genres les plus vendeurs aux États-Unis se comprend peut-être justement par la méconnaissance de cette diversité, réduite à certains best-sellers et fréquemment méprisée comme genre mineur. La librairie aura alors également la fonction d’espace réunificateur, organisant de nombreux événements, clubs de lectures, dédicaces ou des lectures. 

 

Il faut dire aussi que les Américains sortent d’une grande période de récession qui avait vu de nombreuses librairies indépendantes fermer sans être reprises. Depuis 2009, la tendance s’est inversée, voyant le nombre de librairies indépendantes augmenter de plus de 20 %. 

 

Si on expliquait ce déclin des librairies par la place croissante de la vente en ligne sur des sites comme Amazon, les librairies indépendantes américaines sembleraient finalement bien résister à Amazon, à l’inverse de la chaîne Barnes & Noble.

 

La survie des librairies pourrait alors peut-être mieux trouver sa voix dans cette spécialisation, à l’inverse de ce que proposent de grands groupes généralistes, qui sont trop à l’image des ventes en ligne. Au contraire, une librairie spécialisée serait susceptible d'attirer les lecteurs vers des conseils de lecture personnalisés qu’ils n’auraient pu trouver sur internet.