#Page 19 reçoit Makenzy Orcel pour L'ombre animale

Nicolas Gary - 05.03.2016

Edition - Makenzy Orcel - Page 19 - Michel Picouly


Makenzy Orcel est né à Port-au-Prince en 1983. Après les Immortelles, premier roman très remarqué, salué par le Prix Thyde Monnier de la SGDL, il revient avec l’Ombre animale, magistral. Écrivain et poète, Makenzy Orcel raconte l’histoire d’une famille composée de 3 personnes. Un triptyque étrange Orcel, Makenzy et Toi. L’auteur tourmenté cerne les contours d’une société haïtienne habitée par le Vaudou, sonde la profondeur des âmes, et nous fait entendre, page après page, une litanie funèbre. 

 

 

 

Tout commence par une voix, la voix d’une femme morte qui s’élève, entre confession et prophétie. Le récit prend vie dans un village de la campagne haïtienne. Un environnement pauvre, misérable même, avec cependant une cohésion sociale tissée de solidarité entre les habitants, malgré la mort qui frappe impitoyablement et rythme le quotidien de ses cortèges funèbres. La première partie du roman s’inscrit dans la tradition du roman rural haïtien et se nourrit des tragédies et des petits bonheurs des gens de la campagne. Un peuple fier, résigné et paradoxalement combatif. 

 

« Il y a Toi, bonne à tout subir et à tout faire, Makenzy, en père pire que maudit, Orcel, le frère mutique posté devant la mer, l’Envoyé de Dieu et ses bacchanales infernales, et puis les loups qui rôdent en mauvais anges expropriateurs…

 

Et il y a la voix, une voix de femme qui monte du fond de l’abîme ou du tréfonds du ventre. Elle s’incarne, libre, puissante, en récitante héroïque de sa vie de rien, celle d’avant la mort, avant que les siens ne l’abandonnent dans ce village perdu – “je suis le rare cadavre ici qui n’ait pas été tué par un coup de magie, un coup de machette dans la nuque ou une expédition vaudou, il n’y aura pas d’enquête, de prestidigitation policière, de suspense à couper le souffle comme dans les films et les romans – et je te le dis tout de suite, ce n’est pas une histoire – , je suis morte de ma belle mort, c’était l’heure de m’en aller, c’est tout”

 

L’émission fut tournée au Barrio Latino, et sera diffusée ce 6 mars à 11 h 45, sur France Ô.

 

En partenariat avec ActuaLitté.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.