Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Panorama de l'édition en Normandie : des éditeurs solitaires et “jeunes”

Victor De Sepausy - 09.09.2017

Edition - Société - panorama édition Normandie - librairie édition bibliothèque - auteurs Normandie profession


Un secteur jeune, vivant et très animé : voici comment l’édition en Normandie apparaît à travers l’étude portant sur l’économie de l’édition indépendante. Mais également isolé, avec peu de salariés. Le Centre Régional des Lettres de Basse-Normandie (CRL) et l’Agence régionale du livre et de la lecture Haute-Normandie (ARL) pointent toutefois plusieurs pistes de soutien nécessaire. 


 


Le territoire — de La Manche à la Seine Maritime — compte 155 éditeurs, principalement dans le Calvados, la Manche et l’Orne à 60 % et 40 % dans l’Eure et la Seine-Maritime. 

 

Dans une large majorité, 58 % des maisons d’édition normandes ont une autre activité que l’édition qui représente en moyenne 42 % du CA pour les éditeurs ayant répondu avoir une autre activité. 

 

Ce sont de jeunes maisons d’édition, 51 % sont nées entre 2006 et 2015 et 18 % ont été créées ces trois dernières années. Et entre 2012 et 2015, on enregistre 23 créations contre 15 cessations d’activité. Dans l’ensemble, 40 % des éditeurs sont des SARL, 33 % des associations et 15 % des entreprises individuelles. Plus de 51 maisons n’ont pas de salarié.
 

La littérature (roman et poésie) est la ligne éditoriale dominante à 34 %. Le régionalisme, l’histoire et l’art, totalisent à eux trois 18 % de la production. Puis viennent les sciences humaines, la jeunesse et la bande dessinée qui représentent toutes les trois 7 %.

Ainsi, les éditeurs se considérant en région, avant d’être régionalistes et de fait, ils produisent toute la palette des thématiques éditoriales que l’on retrouve chez les éditeurs nationaux. En moyenne, 9 titres sont publiés par an. 

 

L’avenir pose quelques questions : la moyenne d’âge des éditeurs est de 62 ans. Seulement 27 % d’entre eux envisagent la transmission de leur maison d’édition et 61 % des éditeurs interrogés estiment qu’ils auront des difficultés à transmettre. Un fait qui «  ouvre une porte pour d’éventuels repreneurs, tout aussi passionnés, mais au fait de la gestion d’une maison d’édition », indique l’étude. 

 

Économiquement, 34 maisons sur le territoire réalisent 6,5 millions € de chiffre d’affaires, et comptent 50 emplois. En 2012, le CA de l’ensemble des éditeurs était de 6,3 millions €, retombant à 5,9 millions € en 2013 et reparti à 7,3 millions € en 2014. 

 

Quatre recommandations découlent des analyses faites dans l’étude (consultable ci-après) : 

  • expertise individuelle et ne (projet d’entreprise et économique) des maisons d’édition, avec établissement d’un diagnostic partagé avec l’éditeur suivi d’un plan d’ac on ;
  • la formation à la gestion comptable et fiscale, à la gestion de la relation avec les auteurs, à la mise en place d’une stratégie de diffusion-distribution d’une maison d’édition ;
  • le soutien à l’activité commerciale dans le but de consolider les emplois qu’elles ont créés ou sont susceptibles de créer ;
  • l’accompagnement des éditeurs vers la production de livres numériques et/ou la numérisation d’une partie de leur catalogue.
  •